Outre-Mer

Le secrétariat du conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel (CCTDC) s’est à nouveau rassemblé, après plusieurs mois de latence. Ce secrétariat rassemble les permanents des associations d’élus dont les présidents rencontrent à intervalles réguliers la ministre de la Culture et de la Communication afin de partager et d’échanger sur l’actualité de la culture dans ses impacts sur les collectivités territoriales. Une séance plénière est envisagée début octobre, mais une première rencontre informelle entre la ministre et les représentants des associations d’élus devrait se tenir courant juillet.

L’arrivée de la nouvelle ministre, qui se revendique comme la « ministre des territoires », et la nomination de son cabinet, ont ainsi permis une reprise des activités du CCTDC, avec la présentation des projets portés par le ministère actuellement.

France urbaine a reçu le 8 mars une délégation d’élus et de directeurs généraux des villes de Basse-Terre, Cayenne, Fort-de-France, Mamoudzou et Pointe-à-Pitre lors d’une réunion de travail consacrée à la prise en considération de la situation financière des grandes villes des départements d’outre-mer.

Les représentants des collectivités ultramarines ont souhaité échanger avec France urbaine sur les méthodes et relais les mieux à même d’être mis en œuvre pour que les préoccupations financières de leurs communes soient relayées avec efficacité, tant auprès du Comité des finances locales, que des administrations centrales et du Parlement.

A cet égard, les participants se rejoignent pour considérer que la prochaine législature, marquée par la fin du cumul des mandats, constituera un véritable défi organisationnel pour les collectivités et leurs associations. En effet, tous convergent pour estimer que la technicité croissante des sujets financiers entraîne naturellement une raréfaction du nombre d’élus nationaux qui se mobilisent pour porter les amendements en lois de finances et pour engager avec les administrations centrales les “bras de fer“ qui s’imposent dans un environnement caractérisé par l’exacerbation des contraintes budgétaires et l’explosion de la demande sociale.