ESR

Le réseau des collectivités ESR (enseignement supérieur et recherche), composé de France urbaine, l’AVUF, l’AdCF, la FNAU et Villes de France, a rencontré le 25 mai 2016, le secrétaire d’Etat en charge de ce domaine, Thierry Mandon, sur la question du patrimoine immobilier universitaire.

La délégation, conduite par Catherine Vautrin, députée de la Marne, présidente de Reims Métropole, présidente de la commission « Education - Enseignement supérieur » de France urbaine, présidente de l’AVUF, était notamment composée de Michel Heinrich, député des Vosges, maire d’Epinal, représentant Villes de France et Nicolas Matt, vice-président de l’Eurométropole de Strasbourg, représentant la FNAU.

Le 1er octobre prochain se tiendra à Paris (le lieu sera précisé ultérieurement) la « 2ème Journée nationale du numérique à l'école ».

Le programme s'articulera essentiellement autour des continuités éducatives et territoriales. Le "Comité des partenaires", qui rassemble les associations d'élus, les ministères concernés et la Caisse des dépôts, se réunit régulièrement pour unir les réflexions sur les grands thèmes du numérique pour l'éducation et partager les analyses et problématiques.

L’Association des Maires de Grandes Villes de France, l’Association des Communautés Urbaines de France, l’Assemblée des Communautés de France, l’Association des Villes Universitaires de France (AVUF) et la Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme, ont organisé les « Assises de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche » (ESR), le 8 avril, à la Conférence des Présidents d’Université (CPU), dans le cadre de leur partenariat avec la Caisse des Dépôts

La manifestation a réuni de nombreux élus et acteurs de l’ESR, dont la présidente de la commission « Enseignement supérieur et recherche » de l’AMGVF, Catherine Vautrin, présidente de la communauté d’agglomération Reims Métropole, présidente de l’AVUF et le président de la CPU, Jean-Loup Salzmann.

dans 

Les attentats de la deuxième semaine de janvier ont fait ressurgir des problématiques déjà anciennes, dont les émeutes qui avaient embrasées les banlieues à partir de Clichy-sous-Bois en octobre 2005 avaient été un épisode violent. C’est pourquoi la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a souhaité, à la suite de ces événements tragiques et de leur résonnance parfois compliquée dans les écoles, convier l’ensemble des associations d’élus - à la suite des recteurs, des organisations syndicales, des fédérations de parents d'élèves et des syndicats de lycéens, d'étudiants et de l'enseignement supérieur - pour évoquer ces problématiques dans le cadre de la Grande mobilisation de l’école pour les valeurs de la République.
 
La ministre, accompagnée de ses collègues Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et Myriam El Khomry, secrétaire d’Etat à la Ville, a indiqué que deux cents incidents lui avaient été signalés sur l’ensemble du territoire français. Si ce chiffre peut sembler faible face aux 64 000 établissements scolaires, elle n’a pas minimisé la fracture qui existe en France entre les affirmations laïques de la République et leur appréhension imparfaite par les Français.