Act'Urbaines
Culture et attractivité du territoire
Développement économique, numérique et innovation
19 avril 2018

Mécénat et mécénat culturel des collectivités : un état des lieux et des préconisations au Sénat

La mission d’information créée par la commission de la Culture du Sénat sur le mécénat culturel auditionnait, le 17 avril, les associations d’élus afin de recueillir leurs points de vue sur ce dernier, et ce dans un contexte budgétaire de plus en plus contraint. De nombreuses questions ont ainsi été soulevées par Maryvonne Blondain et Alain Schmitz, respectivement présidente et rapporteur de la mission : quelles sont les actions se prêtant le plus spécialement à ce type de financement ?

Comment concilier le besoin de visibilité financière des structures culturelles et associatives avec, d’une part, la diminution des ressources et des capacités de dépense publique et, d’autre part, la recherche de financement privé ? Quelles sont les pratiques et actions mises en œuvre par les collectivités ?

Pour répondre à ces interrogations, Delphine Valette,  responsable du Pôle de Développement Territorial à la Métropole Nice-Côte-d’Azur, ainsi que Dominique David, chargée de mission mécénat à le Direction générale culture de Nantes Métropole, représentaient France urbaine.

Dominique David a tenu, dans un premier temps, à formuler plusieurs constats quant à la réalité du mécénat culturel sur le territoire de la métropole nantaise. Ainsi, sur 35 à 40 000 entreprises, seulement 200 étaient mécènes en 2014 – dont 80% étaient des « grosses » entreprises dont les fonds étaient concédés à 4 à 5 « gros » événements – avec un montant de 3 millions d’euros annuels consacré au mécénat culturel (400 millions à l’échelle nationale). Face à ce constat, Johanna Rolland a souhaité mettre en place une stratégie de développement du mécénat culturel intégrant une mission mécénat pour la culture, avec une démarche de coordination de tous les services culturels afin d’éviter la concurrence entre eux et mieux travailler avec la direction du développement économique. Un fonds de dotation a donc été créé pour aller chercher des fonds pour le patrimoine, et les contacts avec les entreprises se sont multipliés.
 
Pour Delphine Valette, la vision de l’exercice du mécénat est d’une importance capitale ; celui-ci ne peut fonctionner que s’il y a un minimum d’écoute de la part de la collectivité et qu’une démarche d’identification des intérêts communs des différents acteurs est engagée afin de conduire des actions pérennes. Par ailleurs, la représentante de la métropole niçoise souligne la nécessité que les collectivités peuvent avoir à créer un véhicule externe afin de faciliter les démarches et de rassurer les entreprises. De ce point de vue, le mécénat peut également être vu comme un outil d’expertise et de réflexion sur le territoire. Elle a également tenu à rappeler que les fonds découlant du mécénat n’ont pas à se substituer au financement public des services publics. Les fonds privés, dans le cadre du mécénat, doivent prioritairement servir à financer l’innovation, quand le public doit ensuite être présent, lorsque cela s’avère pertinent, pour reprendre les innovations dont les externalités ont été jugées positives. Delphine Valette en appelle à la création d’une fondation abritante pour les fondations territoriales, afin de mettre un terme à la concurrence qui peut parfois s’installer entre les acteurs et les territoires.
 
Interrogées sur les moyens de familiariser et de fidéliser les entreprises à la pratique du mécénat culturel, Dominique David et Delphine Valette s’accordent à dire que, de plus en plus, les acteurs économiques du territoire sont sensibilisés aux problématiques des territoires. Leur engagement doit être encouragé, notamment par le biais d’une co-gouvernance des projets conduits grâce au mécénat culturel.

Contact : Chloé Mathieu

Date: 
Jeudi, 19 avril, 2018