Act'Urbaines
05 juillet 2018

Et l’innovation publique dans tout ça ?

Qu’il s’agisse des technologies, des pratiques, du vocabulaire, des méthodes, des mécanismes ou encore de la culture, l’innovation se diffuse ça et là. Véritable processus, la question se résout désormais moins au choix de l’intégrer que des façons de s’en emparer.

Historique

En 2017, France urbaine a créé un nouveau groupe de travail consacré à l’innovation publique, en partenariat avec l’association La 27e Région, laboratoire de transformation des politiques publiques. Composé de directeurs généraux adjoints, directeurs de services et chargés de mission en lien avec l’innovation publique issus de onze métropoles (1), le groupe s’est réuni à quatre reprises à Paris, Nantes (deux jours fin août à l’invitation de la métropole), puis Paris à nouveau. Les participants ont opté pour des méthodes de travail très participatives et orientées vers des productions tangibles.

Hypothèse de départ 

Les membres du groupe sont d’abord partis de l’hypothèse selon laquelle une certaine étape de l’innovation publique arrivait à son terme, et qu’il fallait maintenant aborder la prochaine. Plusieurs constats les ont amené à formuler cette hypothèse.  
 
Un déficit de connaissances et de savoir-faire : si tout le monde parle aujourd’hui d’innovation, le niveau de compréhension et de compétences pratiques reste superficiel dans les collectivités, Qu’il s’agisse des technologies, des pratiques, du vocabulaire, des méthodes, des mécanismes ou encore de la culture, l’innovation se diffuse ça et là. Véritable processus, la question se résout désormais moins au choix de l’intégrer que des façons de s’en emparer.
 
Le besoin de mieux décrypter les enjeux idéologiques de l’innovation : aujourd’hui seuls quelques initiés peuvent décrypter les visions qui s’affrontent derrière des concepts comme ville intelligente ou blockchain. Il existe un besoin croissant de populariser ces controverses, mais aussi d’en tirer des pistes pour remettre le progrès humain et la démocratie au cœur des enjeux d’innovation ;
 
Une vision souvent planificatrice et verticale de l’innovation : beaucoup de métropoles consacrent des moyens à l’innovation, mais le numérique demeure l’angle principal et beaucoup n’ont pas encore intégré le caractère itératif, systémique, pluridisciplinaire, culturel et pluri-acteurs de l’innovation, et plus encore de la transformation ;
 
L’absence de doctrine métropolitaine : en France, c’est l’Etat qui semble imprimer sa doctrine en matière d’innovation publique. Malgré l’originalité et la diversité de leurs approches, les collectivités locales dont les métropoles semblent souvent épouser cette vision sans vraiment la questionner ni y opposer la leur ;
 
Le groupe s’est donc fixé comme objectif de comprendre comment les métropoles pourraient franchir une nouvelle étape, et passer d’une vision de l’innovation publique « première génération » à une nouvelle approche, à la fois plus ambitieuse et plus articulée avec la diversité des réalités de terrain.
 
Etat des travaux et premiers résultats
 
Pour mener l’enquête et découvrir à quoi pourrait ressembler cette nouvelle approche, le groupe a alterné des interviews et des présentations de praticiens et d’experts, conduit des ateliers d’écriture, des séances de veille et de lecture. Il a réalisé un premier lexique de l’innovation publique, réuni des ressources documentaires, produit un test avec des élus nantais, réalisé des cartographies et rédigé des scénarios prospectifs.
 
Au fil de l’enquête, le groupe a identifié des thèmes de progression, parmi lesquels la production de visions plus politiques de l’innovation (des espaces de controverses et d’expérimentation, des élus davantage associés aux démarches d’innovation), la création d’effets plus systémiques (une meilleure synergie entre centre-ville et périurbain), l’innovation dans la fabrique des politiques métropolitaines (inventer la fonction R&D des politiques publiques, rénover les routines et les rituels politiques et administratifs, repenser l’exercice du pouvoir et de l’encadrement…), la manière de gouverner l’innovation à l’échelle de la métropole (renouveler le rôle des élus, restaurer une culture de confiance et de coopération, inventer une culture de projets inter-organisations), etc.
 
Proposition de création d’un outil d’auto-diagnostic
 
Plutôt qu’un rapport contenant des recommandations classiques, le groupe de travail a produit Sonar, un outil pour « voir sous l’innovation publique » et permettre aux décideurs urbains de décrypter les enjeux de l’innovation et construire leur propre chemin. Sonar rassemble des tests, des cartes, des outils visuels et des idées de mise en oeuvre.
Découvrez Sonar sans plus attendre !

Contact : Sébastien Tison

Date: 
Jeudi, 5 juillet, 2018