Initiatives villes et agglos
15 juin 2017

La géothermie profonde en test sur le territoire de l'Eurométropole de Strasbourg

Depuis maintenant plusieurs années, l’Eurométropole de Strasbourg s’est engagée en faveur de la transition énergétique déployant plusieurs solutions d’énergies alternatives. Sur le site de l’ancienne raffinerie de Reichstett, un premier puits test va être creusé entre les mois de juin et d'octobre 2017 à l'aide d'un outil de forage déjà installé pour aller chercher à plus de 4 km de profondeur de l’eau chaude qui sera ensuite reconvertie en énergie.

La géothermie profonde est une source d'énergie renouvelable, constante, non polluante et avec un prix attractif désindexé des combustibles fossiles. Alors que la géothermie "peu profonde ou de surface" est très commune, la géothermie profonde est limitée à quelques régions dont le sous-sol présente des caractéristiques particulières. C'est le cas de l'Alsace, située dans le fossé rhénan où il existe en sous-sol un potentiel d'eau chaude exceptionnel. Il s'agit par conséquent d'une réelle opportunité écologique et énergétique pour ce territoire, permettant de produire une énergie locale, propre, inépuisable et à bas coût.

En 2010, l'Eurométropole de Strasbourg a commandité des études afin de connaître le potentiel d'énergies renouvelables sur son territoire. Le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) et les sociétés ES Géothermie et Fonroche ont notamment effectué des études sur la géothermie profonde. Ces études ont mis en évidence un potentiel géothermique de premier ordre sur le territoire. L’Eurométropole a ainsi engagé un partenariat avec les industriels qui détiennent les autorisations préfectorales pour exploiter la géothermie, pour inscrire le développement de leurs projets dans la stratégie territoriale de transition énergétique.

La chaleur provenant de la géothermique profonde a deux exploitations possibles. La première, prioritaire pour l'Eurométropole de Strasbourg, correspond à un usage direct de cette chaleur pour des besoins thermiques locaux tels que l'alimentation d'un réseau de chaleur urbain ou des procédés industriels. La deuxième consiste à utiliser la haute température du fluide géothermique pour la production d'électricité à travers une turbine. Cette électricité est à son tour acheminée vers le réseau électrique.

Si ces premiers essais sont concluants, un deuxième puits sera creusé dans la foulée, à partir du mois d'octobre 2017. Ce n'est qu'après validation de ces forages préalables que la centrale pourrait alors définitivement voir le jour.

 

Plus d’infos

www. Strasbourg.eu/geothermie

Date: 
Jeudi, 15 juin, 2017