Act'Urbaines
Cohésion sociale et politique de la ville
Urbanisme, logement et déplacements
18 janvier 2018

France urbaine présente ses propositions en faveur de la revitalisation des centres villes au Sénat

Sophie Roulle, adjointe déléguée à la redynamisation du centre-ville de Nîmes, et Nabella Mezouane, adjointe déléguée aux quartiers centre de Roubaix, ont représenté France urbaine, le 17 janvier 2018, lors d'une table ronde relative à la revitalisation des centres villes au Sénat.
Cette audition, organisée par le groupe de travail "revalorisation des centres villes et des centres bourgs" présidé par Rémy Pointereau, sénateur du Cher, et Martial Bourquin, sénateur du Doubs, a rassemblé, outre France urbaine, plusieurs associations d'élus (AMF, ADF, APVF, AdCF, FNMR), ainsi que Patrick Ollier, président de la métropole du Grand Paris, et Patrick Vignal, député de l'Hérault et président de l'association Centre-ville en mouvement.

Sophie Roulle a ainsi pu partager plusieurs propositions, parmi lesquelles l'extension du dispositif d'incitation à la restauration immobilière prévu par la loi Malraux aux investissements dans les commerces de centre-ville situés en rez-de-chaussée ou l'assouplissement des règles d'urbanisme régissant les périmètres de protection des bâtiments classés ou inscrits monuments historiques afin de favoriser l'installation de commerces.

Quant à Nabella Mezouane, elle a exprimé son avis favorable à une implantation régionale des Commissions départementales d’aménagement commercial (CDAC) et à une création d'un observatoire des centres commerciaux et a alerté les sénateurs qui ont assisté à l'audition sur le problème que représenterait l'exclusion des communes membres d'une métropole du plan "Action cœur de ville" présenté par le gouvernement, le 15 décembre 2017, à Rodez. France urbaine va alerter le ministre sur cette question très sensible pour les centres villes des villes moyennes faisant partie d’une métropole qui font face à de lourdes problématiques – comme Roubaix, dont 70 % du territoire – y compris le centre ville - est concerné par la politique de la ville.

Parmi les éléments de consensus qui semblent se dégager et auxquels France urbaine adhère, il faut noter :

-  la réforme nécessaire des CDAC ;
- la nécessité de se doter de critères objectifs permettant de réguler les implantations commerciales – par exemple surface commerciale rapportée au nombre d’habitants ;
-  la nécessité de doter de manière systématique les outils de planification urbaine d’un volet prescriptif pour l’aménagement commercial – il en est ainsi des DAAC dans les SCOT, mais les PLU doivent également pouvoir être un outil de régulation ;
- le fait de pouvoir déroger à des règles d’implantation pour favoriser le développement des commerces en centre ville ;
- le fait de prévoir des aménagements fiscaux pour favoriser cette implantation ;
- le fait de corriger les effets pervers introduits par la révision des bases locatives des locaux commerciaux au détriment des commerces de faible surface.

Contact :

Philippe Angotti

Date: 
Jeudi, 18 janvier, 2018