Act'Urbaines
Urbanisme, logement et déplacements
05 décembre 2017

France urbaine auditionnée dans le cadre des Assises de la mobilité

Stéphanie Anton, adjointe au maire d’Orléans en charge du développement durable et des risques majeurs a été auditionnée au nom de France urbaine, vendredi 1er décembre, par Noël de Saint Pulgent, président du groupe de travail « pour une mobilité plus soutenable » des Assises de la mobilité, en charge des questions de gouvernance et de financement.

Noël de Saint Pulgent, après avoir rappelé la feuille de route et les champs couverts par son groupe de travail, a fait part des premières pistes qui devraient figurer dans son rapport, qui sera présenté le 13 décembre, lors de la séance de clôture des Assises de la mobilité. Parmi ces orientations figurent le maintien du versement transport (VT), auquel France urbaine est particulièrement attachée et du chef-de-filât des régions, ce dernier requérant toutefois, selon le président du groupe de travail lui-même, une meilleure coordination avec les collectivités infrarégionales dont les métropoles et grandes villes, que ce soit grâce à la création de syndicats mixtes ou à l’instauration d’une conférence territoriale annuelle.

Parmi les propositions qui devraient être formulées figurent également la publication des données relatives à la fréquentation des lignes et aux ratios recettes/dépenses, une réflexion sur la fin du caractère illimité des abonnements aux transports en commun, l’augmentation des péages autoroutiers, le rétablissement de la vignette, la création d’une écotaxe régionale et une meilleure association des entreprises aux décisions des collectivités relatives aux transports, via en particulier les plans de déplacement d’entreprise (PDE).

Dans ce prolongement, Stéphanie Anton a exposé les innovations engagées par la ville et la métropole d’Orléans, afin de mieux associer les habitants aux décisions prises (création d’une centrale de mobilité), exploiter les ressources du numérique et valoriser le service rendu aux voyageurs. Pour rappel, le plan de déplacement urbain (PDU) de l’agglomération orléanaise devrait être revu et adopté en 2019. Elle a aussi défendu le principe du pollueur/payeur, en plaidant pour une évolution significative des pratiques des automobilistes, via notamment les péages urbains (comme il en existe à Londres ou Milan) et un crédit mobilité en entreprise (en lieu et place de la voiture de fonction pour les collaborateurs).

Contacts :

Chloé Mathieu
Emmanuel Heyraud

Date: 
Mardi, 5 décembre, 2017