Act'Urbaines
Europe
06 décembre 2018

Fonds européens : une situation toujours complexe mais des raisons d’espérer

Le CGET et Régions de France organisaient, mardi 27 novembre 2018, le séminaire annuel du réseau Europe urbain. L’occasion de faire le point sur l’état actuel de programmation et de consommation des crédits européens par les grandes villes, communautés et métropoles. Et de dégager des premières pistes de réflexion pour la période suivante, 2021-2027. Il s’agissait aussi, pour l’AdCF et France urbaine, de porter la voix de leurs adhérents et d’intervenir tout au long de la journée pour mettre en avant quelques éléments forts de bilan et quelques idées d’évolution et voies de progrès pour l’avenir.

Retour sur les principaux temps forts de cette rencontre

Un séminaire national de bilan et de perspectives

Ce séminaire de travail « l’Europe au cœur de nos villes » a réuni 120 participants dont des représentants de la Commission européenne, de l’Etat, des régions et des autorités urbaines (communautés et villes). Avec pour objectifs de :

  • Dresser collectivement un premier bilan, quantitatif et qualitatif, de la mise en œuvre du volet urbain de la programmation européenne 2014-2020 ;
  • Valoriser l’engagement européen au sein de nos territoires français, via le développement urbain intégré ;
  • Présenter les projets de règlements pour la période 2021-2027, et débattre avec les participants de la prise en compte du fait urbain dans ce nouveau contexte.

Une programmation actuelle mitigée

Alors que la programmation 2014-2020 marquait une étape clé dans la reconnaissance du fait urbain et l’affirmation du rôle prépondérant des grandes villes, communautés et métropoles comme chef d’orchestre de leur stratégie urbaine intégrée (10% des crédits Feder en faveur des quartiers prioritaires de la politique de la ville, soit plus d’un milliard d’euros). Que cette programmation devait, par conséquent, faciliter la mobilisation et l’optimisation des fonds européens par les territoires, le bilan, après quatre années et demie, est plutôt mitigé :

Si le taux de programmation de l’ensemble de la politique européenne de cohésion en France atteint, à ce jour, 53% (ce qui nous place déjà dans la moyenne basse à l’échelle européenne), le taux de programmation du volet urbain de la politique de cohésion ne s’élève, lui, qu’à 31%.

Certes, une multitude de facteurs permet aujourd’hui de relativiser ce retard: fusion des régions, nouvelles compétences, retard dans le lancement de la programmation, mise en place d’une nouvelle ingénierie, mise en place d’un nouvel outil de territorialisation,… L’ensemble de ces données doit être pris en compte  avant de tirer un bilan définitif.

Cependant, force est de constater  que cet état d’avancement de la programmation est loin d’être satisfaisant, alors que la France et ses territoires ont l’habitude, l’expérience de la gestion des fonds européens, depuis le début des années 90 et les programmes d’initiative communautaire Urban.

Cette situation est donc embarrassante à plusieurs titres :

  • A très court terme, il existe pour certaines régions, le risque de perdre la réserve de performance. Cette réserve, qui s’élève à 6% des crédits, est « débloquée » si la région atteint un certain taux d’avancement (65%) au 31 décembre 2018 ;
  • Derrière les 31% de programmation à l’échelle nationale, se cache une disparité des situations selon les régions, certaines étant en très grande difficulté, et donc leurs grandes villes, communautés et métropoles avec.
  • Dans le contexte actuel de restriction des finances et des capacités d’investissement des collectivités locales, ne pas faire appel aux fonds européens ou ne pas les utiliser de manière optimale est une opportunité de perdue pour financer des projets structurants, complexes, à forte valeur ajoutée pour le projet de territoire.
  • Autre élément à souligner : le taux de cofinancement moyen des fonds européens n’est que de 29% alors qu’il peut monter bien plus haut et ainsi faciliter le montage de projets.

Le bilan à mi-parcours permet, en outre, de confirmer que les grandes villes, communautés et métropoles mobilisent les fonds européens en priorité pour des projets relevant de la transition énergétique (réhabilitation des bâtiments, intermodalités, transport en commun en site propre, mobilité douce,…) et de l’inclusion sociale (la France ayant décidé de cibler prioritairement les quartiers prioritaires de la politique de la ville).

Les témoignages des participants démontrent que nous dressons toujours les mêmes constats de blocage, les mêmes difficultés et les mêmes solutions pour améliorer la situation. Il en va donc des grandes villes, communautés et métropoles, porteurs de projets et régions, de tirer les leçons de ce que les programmations actuelles et précédentes nous ont enseignés et de s’inspirer des meilleures pratiques locales. Dans le cas contraire, le risque d’échec existe, comme l’illustre, par l’absurde, la « catastrophe » vécue par les programmes Leader dont le taux de programmation actuel est si faible qu’un risque de dégagement d’office est réel.

Une programmation future potentiellement bien meilleure

Au-delà du bilan, toujours difficile à objectiver à l’échelle nationale, ce séminaire a permis d’engager le dialogue sur l’avenir et la prochaine période programmation 2021-2027.

A cette occasion, la Commission européenne a, de nouveau, présenté et détaillé ses propositions.  Des éléments plutôt positifs sont à retenir :

  • Le maintien d’une politique de cohésion qui reste ambitieuse malgré une baisse du budget européen global ;
  • La Commission souhaite concentrer son action sur de grands enjeux (transition énergétique, sécurité et migrations, emploi des jeunes) et ne plus intervenir sur tous les sujets ;
  • Le fait urbain et territorial est réaffirmé dans les règlements européens, avec une enveloppe budgétaire dédiée (un minimum de 6% du Feder contre 5% pour la période 2014-2020) ;
  • L’ensemble des régions françaises pourront émarger aux fonds européens ;
  • Le volet urbain et territorial de la politique de cohésion devra être co-construit avec les acteurs locaux, avec une approche différenciée selon les spécificités locales et régionales ;
  • De nouvelles modalités de simplification seront introduites.

En revanche d’autres propositions restent à préciser, par exemple :

  • Les outils à disposition des grandes villes, communautés et métropoles pour optimiser l’utilisation des fonds européens ;
  • Les modalités de mise en œuvre de la concentration thématique demandées par l’Union européenne ;
  • Le lien renforcé avec le semestre européen.

Les représentants du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) et de Régions de France ont, à leur tour, présenter leurs premières réflexions. Chacun a souligné que « tout est ouvert, tout est sur la table », en matière de : concentration géographique et thématique, différenciation selon les régions et selon les territoires ou encore s’agissant des modalités de gouvernance. Sur ce dernier point, les attentes des territoires urbains sont très fortes pour la prochaine période de programmation, comme cela a été rappelé lors de la Conférence nationale des territoires qui s’est tenue en juillet dernier autour du Premier ministre.

Réunir les conditions d’une programmation plus efficace

AdCF et France urbaine ont salué ces annonces et cette invitation au dialogue.

Nos deux associations militent, depuis plus d’un an, pour une refonte de la gouvernance de l’élaboration et de la gestion de la politique de cohésion en France.

Dans le respect des compétences et responsabilités de chacun, les Régions sont autorités de gestion et les grandes villes, communautés et métropoles autorités urbaines, nos propositions visent un bond en avant quantitatif et qualitatif de l’utilisation des fonds européens en France. Cette ambition ne se concrétisera que par une réelle concertation entre chaque région et ses intercommunalités, à la fois dans l’élaboration des programmes opérationnels régionaux (leurs objectifs, leur concentration géographique et/ou thématique, leurs modalités de mise en œuvre)  dans leur suivi et leur évaluation.

Comparativement à 2014, les Régions auront désormais toutes l’expérience d’autorité de gestion, elles commencent à s’organiser à l’échelle de leur périmètre nouveau, surtout elles auront expérimenté, pour certaines plus que pour d’autres, la concertation et la construction d’une stratégie régionale, à travers leurs schémas régionaux de développement économique (Srdeii) et d’aménagement du territoire (Sraddet).

A la lumière de ce contexte nouveau, nous proposerons un niveau de concertation permettant une meilleure adéquation entre les projets de territoire portés par nos grandes villes, communautés et métropoles et les enjeux européens que l’Etat puis les régions devront décliner et adapter au mieux au contexte local.

Un accord sur l’architecture générale de gestion des fonds européens est attendu le plus tôt possible, entre le Gouvernement et les régions, afin d’acter officiellement qui assurera la gestion des fonds Feder, Fse et Feader.

Pourra ensuite se discuter, à l’échelle nationale mais surtout à l’échelle de toutes les régions, la gouvernance entre acteurs.

En parallèle, AdCF et France urbaine poursuivent leurs travaux et les discussions avec leurs partenaires nationaux.

Contacts : Ludovic Grousset et Kader Makhlouf

Date: 
Jeudi, 6 décembre, 2018
Fichier attachéTaille
presentation_paris_27.11.2018_dg_regio.pdf3.02 Mo