Act'Urbaines
Enseignement supérieur et recherche
19 juin 2018

ESR : une nouvelle réflexion de la CPU sur les politiques de site

La Conférence des Présidents d’Université (CPU) rassemblait mercredi 1er juin à l’université fédérale de Toulouse sa commission regroupements et politiques de site. L’occasion pour les universitaires de mieux comprendre la manière dont la communauté d'universités et établissements (COMUE) toulousaine est organisée et de visiter quelques une de ses pépites : l’IRT pour les enjeux d’aménagement urbain et d’innovation, le dispositif Accueil Welcome Desk, guichet unique de services aux étudiants et chercheurs, avec comme partenaires la préfecture pour les étudiants étrangers, le Rectorat, la CAF et le CROUS, et les services pertinents de l’université.

L’occasion aussi de donner la parole à leurs interlocuteurs locaux, par le biais d’une table ronde à laquelle participaient Bertrand Monthubert, conseiller régional à la région Occitanie (et ancien responsable de la stratégie nationale de l’enseignement supérieur – STRANES), Sylvie Rouillon-Valdiguie, vice-présidente de Toulouse Métropole, Thierry Ravot, le directeur régional de la Caisse des Dépôts et Philippe Raimbault, le président de l’université fédérale de Toulouse.

La région Occitanie s’est donnée comme but de clarifier les objectifs de chacun des acteurs (Etat, région, métropole…), objectifs souvent communs heureusement, pour les mettre en ordre de marche, éviter les injonctions contradictoires pour mieux définir l’implication respective de chacun des acteurs. Bertrand Monthubert a rappelé que les conseils régionaux ont une place de plus en plus importante dans la politique nationale et locale de l’ESR, mais qu’ils ne veulent pas se substituer à l’Etat en compensant ses manques.

Un discours concordant de la part de la vice-présidente de Toulouse Métropole Sylvie Rouillon-Valdiguie, pour laquelle les dispositifs de contractualisation (tant les dispositifs multilatéraux que les conventions bilatérales) doivent être ancrés sur des stratégies économiques et de développement des filières partagées.

Thierry Ravot, le directeur régional de la caisse des dépôts, s’est quant à lui félicité de la bonne entente qui règne localement et qui permet de faire de la COMUE toulousaine un interlocuteur précieux grâce à l’incarnation du sujet enseignement supérieur qu’elle permet : une COMUE fédère la globalité des attentes au lieu de diluer les sujets dans trop d’interlocuteurs.

Contact : David Constans-Martigny

Date: 
Mardi, 19 juin, 2018