Share

Loi d’orientation des mobilités : France urbaine plaide pour une loi équilibrée, prospective et adaptée aux enjeux des territoires

05/05/2019

Aux côtés de l’ensemble des opérateurs concernés, France urbaine participe mardi 7 mai 2019 à la réunion organisée par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, dans le cadre du projet de loi d’orientation des mobilités.

L’univers des mobilités a considérablement changé en quelques années. Alors même que Velo'v à Lyon, Vélib' à Paris ou BlaBlaCar étaient déjà des concepts révolutionnaires, le développement rapide des opérateurs de l’autopartage de vélos, des scooters électriques et des trottinettes en libre-service et les enjeux qui en découlent concernent au premier chef les grands territoires urbains.

Ayant participé à toutes les réunions sur ce projet de loi, France urbaine a reçu le 23 avril dernier, à leur demande, l’ensemble de ces nouveaux opérateurs, signe de la notoriété de l’association dans sa capacité d’écoute, de dialogue et de collaboration dans la préparation des textes législatifs.

Afin de contribuer à la rédaction d’un texte de loi à la fois équilibré et prospectif sur ces innovations qui participent à la création de la ville de demain, France urbaine demande la pleine responsabilité des acteurs locaux dans la loi, plutôt que la culpabilisation des usagers, qui utilisent la voiture le plus souvent faute d’alternative.

L’association rappelle également aux opérateurs la nécessité de respecter les autres utilisateurs, notamment les piétons, pour une meilleure acceptabilité de ces innovations et la nécessaire prise en compte des spécificités des territoires. Elle est de ce fait pleinement satisfaite du décret réglementant les usages, ce « code de la rue » auquel elle a contribué.

Enfin, engagée depuis longtemps sur la thématique de la mobilité urbaine, France urbaine demande à ce que la loi d’orientation des mobilités ne devienne pas un nouvel outil de contraintes et de normes qui seront inadaptées aussitôt qu’elles seront adoptées. Elle doit au contraire donner la possibilité aux territoires d’adapter localement la réglementation afin de développer ces nouveaux usages, en complément des transports collectifs que les élus locaux savent gérer depuis des décennies.

 

A propos de France urbaine

 

Seule association nationale regroupant à la fois les grandes villes et les grandes intercommunalités que sont les métropoles, les communautés urbaines, les communautés d’agglomération et les établissements publics territoriaux franciliens, France urbaine est une nouvelle force représentative de l’évolution de l’organisation territoriale comptant 104 membres de toutes tendances politiques, soit de 2 000 communes dans lesquelles réside près de la moitié de la population française. Présidée par Jean-Luc-Moudenc, maire de Toulouse, président de Toulouse Métropole, elle est administrée par un conseil d’administration de 38 membres et un bureau de 14 élus. France urbaine a pour objectif de promouvoir le fait urbain auprès des pouvoirs publics et de tous les citoyens. Dans un dialogue permanent avec l’État, l’association participe pleinement à la structuration du monde urbain dans notre pays et à l’attractivité de tout son territoire. Elle défend une « Alliance des territoires » en mesure de faciliter les coopérations territoriales et d’assurer une pleine effectivité des politiques publiques. En développant des services auprès de ses membres afin de mieux répondre aux enjeux auxquels ils sont confrontés, elle éclaire la décision publique selon les spécificités urbaines et apporte une réflexion nouvelle dans les débats locaux, nationaux, européens et internationaux. France urbaine organise chaque année des événements phares comme la Conférence des Villes, les Journées Nationales de France urbaine et les Rencontres finances publiques.

Paris, le 5 mai 2019

Il semble que votre navigateur ne soit pas configuré pour afficher les fichiers PDF. Télécharger Adobe Acrobat ou cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.

Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.