Share

France urbaine défend une décentralisation concrète qui privilégie l’autonomie, la responsabilité et le dialogue

23/01/2019

L’association France urbaine a présenté aujourd’hui ses vœux, en présence, notamment, de Jacqueline Gourault, Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales et d’Olivier Dussopt, Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Action et des Comptes publics.
 
Jean-Luc Moudenc, Président de France urbaine a rappelé la position de l’association à l’égard du grand débat national : « celle de le faciliter, tout en affirmant la volonté d’y participer. La concertation est permanente dans nos villes et grandes agglomérations. C’est en écoutant nos concitoyens et en débattant avec eux que l’on contribue à mettre en œuvre des politiques publiques. Et c’est la raison pour laquelle nous rappelons sans cesse qu’il faut nous faire confiance, arrêter de nous entraver, mettre à nos dispositions les moyens pour agir mieux au niveau local que ce que l’État ne peut faire au niveau national. Nous qui sommes acteurs majeurs en matière de déplacement, de logement ou d’énergie - trois sujets à l’origine de la crise – nous revendiquons depuis longtemps d’avoir plus d’autonomie et d’assumer nos responsabilités. Depuis de sa création, France urbaine s’inscrit dans une démarche de dialogue et de propositions mais nous avons le sentiment actuellement de ne pas nous faire entendre. »
 
Le président de France urbaine a exprimé son inquiétude face à l’opposition stérile de l’urbain avec le rural. En effet, le déséquilibre territorial est flagrant, les grandes villes bénéficiant d’un grand dynamisme tandis que les communes rurales sont victimes d’une désertification. Elles sont créatrices des emplois de demain, porteuses de la plupart des projets d’innovation du pays et de l’indispensable transition énergétique. Elles ont donc une responsabilité à l’égard des autres territoires.
 
Pour Jean-Luc Moudenc, « la solidarité est plus que nécessaire, mais tout ne va pas bien dans les métropoles : congestion, pollution, trafics, sans oublier que nous sommes les épicentres des contestations violentes actuelles. Brider la dynamique des grands centres urbains, et notamment les métropoles, ne renforcerait en rien la ruralité ou les autres périphéries. Rappelons que c’est dans les grandes villes que l’on trouve le plus fort taux de pauvreté : 20 % des ménages en moyenne y ont un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté. »
 
En 2018, France urbaine a mené de nombreuses actions pour susciter le dialogue et proposer des solutions en faveur de l’alliance des territoires, dont :

  • les rencontres nationales à Dijon qui ont permis d’élaborer « le pacte de Dijon » avec l’AdCF,
  • les Rencontres des Finances Publiques de France urbaine à l’Assemblée nationale, qui ont permis d’obtenir, en grande partie, gain de cause sur la DCRTP ou sur la dotation d’intercommunalité,
  • la conférence des villes, qui appelait à plus d’autonomie, plus de responsabilités et plus de dialogue.

Jean-Luc Moudenc demande « une décentralisation moderne et adaptée. Une décentralisation 2.0. Pas une décentralisation virtuelle mais une décentralisation concrète qui privilégie l’autonomie, la responsabilité et le dialogue car ce sont les territoires qui sont les garants de la cohésion sociale de notre pays. Ce sont les maires les derniers remparts contre le populisme. »
 

Paris, 23 janvier 2019

Il semble que votre navigateur ne soit pas configuré pour afficher les fichiers PDF. Télécharger Adobe Acrobat ou cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.

Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.