Education
18 janvier 2018

La commission éducation se projette sur la rentrée 2018 avec la conseillère spéciale du ministre de l’éducation

Mercredi 10 janvier 2018, la Commission éducation de France urbaine a auditionné Fanny Anor, conseillère spéciale du Ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer, sur la préparation de la rentrée 2018.

Fanny Anor a expliqué que le dédoublement des CP et CE1 en REP et REP+ faisait l’objet d’un recensement fin par les DASEN pour évaluer les besoins dans toutes les écoles. Elle a précisé que des financements étaient prévus au budget 2018 au sein de la DCIL (Dotation de solidarité à l’investissement local du ministère de l’Intérieur), sur laquelle les préfets ont la main. Les modalités de l’accès au DCIL devraient faire l’objet d’une fiche préparée par le ministère. Fanny Anor a souligné l’importance de se rapprocher des préfets le plus rapidement possible.

La conseillère a remercié les villes d’avoir permis les dédoublements : les collectivités ont joué le jeu dans 89% des cas. Pour la rentrée 2018, les CP en REP devraient être faits facilement, mais évidemment pas les CE1 de REP+. Les inquiétudes concernant le nombre d’enseignants nécessaires devraient être levées grâce au nombre de postes créés dans le PLF 2018 : alors même que les études démographiques annoncent une baisse de -33 000 enfants à la prochaine rentrée, le ministère a créé 3 900 nouveaux postes pour le premier degré.

Le ministère est en effet en faveur d’un réel dédoublement physique, même s’il comprend les difficultés que cela peut entraîner localement. Une évaluation est actuellement en cours, menée par l’école d’économie de Paris, pour en identifier les effets.

Concernant les rythmes scolaires, la conseillère a rappelé que le décret du 27 juin 2017, qui autorisait une plus grande souplesse dans la règle des 4 ou 4,5 jours, a concerné 43% des communes à la rentrée 2017, avec une majorité de villes de petite taille. Pour celles-ci ainsi que pour celles qui passeront à 4 jours à la rentrée 2018, le plan mercredi, actuellement en discussion à la CNAF puisqu’il sera financé par les CAF, viendra accompagner l’organisation d’activités extrascolaires. Il s’appuiera sur un document comparable au PEDT, de manière à aller vers une cohérence de tous les temps. Les taux dérogatoires seront maintenus dans la démarche PEDT, et une réflexion est en cours sur la possibilité de donner des taux dérogatoires aussi sur les temps extrascolaires, dans des conditions qui restent à préciser.

Fanny Anor a rappelé que le fond de soutien, pour les villes restant à 4,5 jours, était pérennisé jusqu’à la fin du mandat présidentiel. Il ne fera pas l’objet d’un reversement dans le plan mercredi, qui vient s’ajouter même pour les villes à 4,5 jours qui organiseraient des activités le mercredi après-midi. Les règles définitives et des montants plus précis devraient être connus pour la fin du mois de février, à l’issue des négociations sur la convention d’objectif et de gestion de la CNAF.

Concernant l’aide aux devoirs, Fanny Anor a indiqué que le ministère était est à la phase d’inventaire des dispositifs existants, et que le dispositif serait précisé à la fin du premier trimestre. Il ne sera en tous les cas pas restreint aux seuls réseaux d’éducation prioritaire, et sera proposé aux enfants sur recommandation de l’équipe aux parents, et sur la base du volontariat.

Evoquant les écoles orphelines, Fanny Anor a rappelé que des mesures spécifiques existaient d’ores et déjà pour ces écoles, même si certaines étaient passées par les trous de la raquette. Une refonte de l’éducation prioritaire est envisagée à la rentrée 2019.

Contact :

David Constans-Martigny

Date: 
Jeudi, 18 janvier, 2018