Initiatives villes et agglos
20 avril 2017

A Besançon, « Visa Santé » : une mutuelle solidaire

Selon les statistiques, 5 % de la population française ne disposerait pas d'une mutuelle d’assurance santé complémentaire. Rapporté à la population de Besançon, un tel chiffre concerne 6 000 personnes.

Partant de ce constat, le Centre communal d'action sociale (CCAS) bisontin a décidé d'agir et de prendre l’initiative : les habitants ne bénéficiant pas d'une assurance complémentaire santé pourront se diriger vers le CCAS lequel, après une évaluation de leurs besoins, les redirigera, soit vers ses propres services, soit vers une association intermédiaire : « ACTIOM ». Le principe étant d'utiliser celle-ci pour assurer un lien direct entre les “demandeurs“ de mutuelle et les organismes pouvant leur proposer une complémentaire santé.

Grâce à ce dispositif, onze contrats de mutuelle, à partir de 10 euros, ont déjà été négociés. Les Bisontins profitent dans ce cadre d’une expertise et d’une force de persuasion, offrant des tarifs avantageux et des délais accélérés, dans la prise en charge (immédiate sans délai de carence), comme dans les remboursements.

Cette volonté d'offrir un accès aux soins pour tous était l’un des engagements de campagne du maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret. « Une de nos priorités sur ce terrain est la lutte contre le non recours, très important s’agissant des mutuelles. Souvent, une personne qui n'en possède pas est retenue par la lourdeur administrative ou l'incapacité à faire le tri entre des offres trop nombreuses. Le projet tente de répondre à ce problème, afin que chacun puisse pouvoir se soigner, un besoin primordial », précise-t-il.

« Visa Santé », pour qui ?

- tous les habitants qui n’ont pas de mutuelle ;
- tous les habitants exclus des contrats de mutuelle collectifs proposés par leur entreprise ;
- les personnes souhaitant faire le point sur leur contrat actuel pour vérifier l’adéquation budget-qualité des garanties ;
- les personnes ayant besoin de plus de souplesse dans leur budget mensuel.

Ouverture du dispositif au-delà de Besançon

Onze autres communes ont signé la convention de partenariat avec « ACTIOM », afin de proposer la mutuelle solidaire à leurs administrés. « Le but final est de trouver une mutuelle adaptée à un prix compétitif, grâce à une information suffisante apportée par la ville et ACTIOM, plutôt que de laisser la personne sans mutuelle se débrouiller seule avec ses papiers et ses doutes », explique Danielle Dard, première adjointe au maire, vice-présidente du CCAS de Besançon.

Cette idée de mutuelle solidaire via une association est également en place dans presque 800 communes de France, Besançon est la première ville de plus de 100 000 habitants à l'adopter.

Date: 
Jeudi, 20 avril, 2017