Act'Urbaines
10 décembre 2015

Atlas de la gestion des services publics locaux 2015

Le second volet de l’Atlas de la gestion des services publics locaux 2015 vient de paraitre. Il est réalisé par l’Institut de la Gestion Déléguée, en partenariat avec l’Association des Maires de Grandes Villes de France (nouvellement France urbaine) et Villes de France, et porte sur près de 200 territoires urbains de plus de 40 000 habitants, représentant près de la moitié de la population française.
 
De multiples enseignements sont à tirer de cet Atlas : montée en puissance des modes de gestion combinés, absence de corrélation entre le choix du mode de gestion et l’orientation politique de la collectivité, ou encore existence de certaines disparités régionales ou liées à la taille de la collectivité, dans le choix des modes de gestion directs ou délégués.
 
Qu’il s’agisse de l’eau, des déchets ménagers, des transports en commun ou encore des équipements culturels et sportifs, les usagers et/ou contribuables sont à juste titre chaque jour plus exigeants en matière de services publics locaux de proximité. Dans un contexte de restrictions budgétaires, c’est aux élus locaux qu’incombe la bonne marche de ces services, avec un leitmotiv, assurer un service public de qualité au meilleur coût.
Pour y parvenir, les responsables territoriaux doivent répondre à de nombreuses questions qui sont souvent de nature organisationnelle comme, quel échelon est-il le mieux à même d’assurer telle ou telle compétence ? Selon quel mode de gestion, le service sera-t-il plus efficient ?
 
Cet Atlas de la gestion des services publics locaux 2015 permet également de mettre en valeur des secteurs où la compétence est plus souvent exercée en direct par la collectivité comme la collecte des déchets ménagers, l’accueil collectif de la petite enfance, l’éclairage public ou la restauration collective. À l’inverse, des secteurs comme les transports urbains, la valorisation des déchets ou les réseaux de chaleur, qui nécessitent expertise et mise à jour permanente des compétences, sont plus souvent délégués.

Télécharger l’atlas à cette adresse