Actualités
dans 

Le 23 mars 2017, à Arras, les élus de France urbaine et de ses collectivités membres ont exprimé unanimement leur volonté d’être des « acteurs de solidarité, devant assumer plus que jamais un rôle essentiel de cohésion sociale dans le respect des valeurs de la République ».

C’est dans chaque collectivité, quelle que soit sa taille, ses caractéristiques urbaines ou rurales, que vit au quotidien auprès des habitants notre priorité « d’Alliance entre les territoires ».

Et, parce que nous prônons cette Alliance, nous préférons le dialogue des territoires plutôt que l’affrontement. C’est l’« ADN » de notre Association.

Le populisme ambiant dans notre pays progresse sur les inquiétudes du vécu de chaque jour et d’un futur ponctué de beaucoup de points d’interrogation. Nous luttons contre au quotidien.

C’est de ce terreau d’angoisses de tous les ordres que ressurgit le vieux discours contre les villes, les grandes villes et, maintenant, contre les métropoles.

dans 

Le président de France urbaine, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, président de Toulouse Métropole, a conduit, le 3 mai, une délégation d’élus* pour une rencontre avec Philippe Wahl, président-directeur général du Groupe La Poste, partenaire de France urbaine.

Le Groupe La Poste poursuit sa transformation dans un contexte d’érosion de ses activités historiques, notamment celle du courrier traditionnel. Attachée à son modèle multi-métiers, il fait le pari d’une diversification de ses services qui repose sur ses principaux atouts : proximité, maillage territorial, force opérationnelle comprenant 17 000 points de contact et 75 000 facteurs. Le président du Groupe a présenté aux élus quelques exemples significatifs: positionnement sur la “silver économie“, croissance externe dans le domaine du colis à l’international, transition numérique de l’ensemble des activités, contribution à la modernisation de l’action publique et nouveaux services à domicile. Autant de terrains sur lesquels La Poste propose de mettre ses savoir-faire et son expérience au service du secteur public et des citoyens.

La Poste accompagne également les grandes villes et les métropoles face aux défis qui se présentent à elles : logistique urbaine, éco-mobilité ou encore adaptation de son réseau aux modes de vie : des enjeux auxquels l’opérateur répond par une volonté de contribuer à la définition du modèle urbain de demain. Une ville durable, respirable, maîtrisant ses flux, redynamisant les centres-villes, tout en profitant des bénéfices du “e-commerce“.

Un nouvel observatoire, dédié au suivi de la maturité du numérique dans les territoires, est en cours de création. Il ambitionne de s’adresser aux régions, départements, métropoles, grandes villes et agglomérations, avec un portage conjoint France urbaine, Régions de France, Assemblée des Départements de France.

Il est destiné à couvrir l'ensemble de la chaîne de valeur du numérique : laboratoire d'innovation, réalisation de services pour l'interne et l’externe dans le cadre de la “e-administration“, gestion des données d'intérêt général, aménagement numérique du territoire, “smart city“, services aux usagers, accompagnement de la population au numérique dans le cadre de la médiation numérique, accompagnement des entreprises à la transition numérique, développement de la filière économie numérique...

Comme chaque année, les collectivités territoriales françaises doivent effectuer une déclaration sur leur aide publique au développement (APD). Au-delà de son caractère obligatoire au regard du Code général des collectivités territoriales, cette démarche est désormais une condition d’octroi des cofinancements du ministère des Affaires étrangères et du Développement international dans le cadre des appels à projets de la Délégation pour l’action extérieure des collectivités territoriales (DAECT).

La collecte de données est réalisée par la Commission nationale de la coopération décentralisée (CNCD), avec l’appui de la DAECT qui en assure le secrétariat général. La déclaration concerne toutes les collectivités territoriales et leurs groupements qui ont mené des coopérations à l’international en 2016.

Ces trois dispositifs proposent aux élèves, de la grande section de maternelle à la terminale, de découvrir des œuvres cinématographiques lors de projections organisées spécialement à leur intention dans les salles de cinéma. Ils bénéficient ainsi, grâce au travail pédagogique d'accompagnement conduit par les enseignants et les partenaires culturels, d’une initiation au cinéma qui constitue les bases d’une culture cinématographique et leur permet une lecture critique de l’image.

L’association « Les enfants de cinéma » coordonne le dispositif global au niveau national, en liaison avec le Centre National du Cinéma et de l’Image Animée (CNC) et le ministère de l’Education nationale. Elle a également la charge de l’évaluation de l’opération, au niveau national, ainsi que la conception, la rédaction et l'impression des documents pédagogiques destinés aux enseignants et aux élèves.