Share
Cohésion sociale et politique de la ville

Vers une mise en place du service national universel

15/11/2018

A peine nommé, le nouveau secrétaire d’Etat en charge de la jeunesse, Gabriel Attal a reçu France urbaine, le 12 novembre 2018, pour évoquer la mise en place du service national universel dont il a la charge. Il était accompagné de Fanny Anor, sa directrice de cabinet avec laquelle les membres de la commission Education ont déjà pris l’habitude de travailler.

France urbaine en partage évidemment les ambitions, tant celle de cohésion sociale et nationale que celle de défense et de sécurité nationale.

Les objectifs en sont ambitieux puisque 800 000 à 900 000 jeunes devraient, à l’échéance des prochaines années, être appelés par fraction de l’ordre de 80 000 jeunes lors de chaque quinzaine de regroupement.

Le Service National Universel (SNU) se déroulera à l’âge scolaire de la classe de seconde, pendant deux périodes de quinze jours, principalement en été ou lors des petites vacances scolaires. Lors de la première période, les jeunes seront hébergés et leurs missions seront tournées vers l’intérêt général et l’engagement volontaire, lors de la seconde période les jeunes seront beaucoup plus à l’initiative.

Dès 2019, environ 80 000 jeunes seront concernés pour un développement progressif du dispositif. Cet objectif demande des réponses, que ce soit pour l’hébergement ou l’encadrement notamment mais également pour l’utilité de cette mission d’intérêt général et de l’engagement qui est évidemment le nôtre.

Au-delà du partenariat naturel de France urbaine avec ce nouveau dispositif, nous sommes conscients de l’intérêt de valoriser les capacités existantes dans nos territoires, afin d’être réellement partenaires dans l’intérêt des jeunes.

Comme dans chacune de celles que nous assumons au titre des grands enjeux nationaux, nous avons insisté sur la nécessaire prise en compte du rôle des collectivités pleinement responsables ainsi que sur l’importance d’une confiance réciproque.

Il nous a paru à ce titre que l’écoute, la volonté de travailler ensemble, le respect des responsabilités assumées dans nos territoires étaient de bon augure pour la réalisation d’un tel enjeu.

Contact : Etienne Chaufour - e.chaufour@franceurbaine.org