Share
Numérique et innovation
Développement économique
Les Interconnectés

Une mobilisation record des villes françaises lors du Forum international dédié à la smart city

28/11/2019

La 9e édition du Smart City Expo World Congress de Barcelone aura été marquée par une forte mobilisation des acteurs français, notamment des villes membres de France urbaine.

Rencontres de délégations étrangères, valorisation des start-up françaises, présentation de la publication « Villes, numérique et innovations sociales : expériences françaises », la 9ème édition du Smart city expo world congress (SCEWC), organisée du 19 au 21 novembre 2019, a été marquée par une mobilisation sans précédent des acteurs français et notamment des grandes villes, regroupées au sein de la délégation de France urbaine. Représentant désormais le deuxième contingent de visiteurs dans un salon auquel 120 pays et 700 villes prennent part, les acteurs français se sont impliqués en nombre pour cette édition 2019. Villes, grands groupes, startups, organismes de recherche, opérateurs de l’Etat, l’ensemble des acteurs français de la smart city étaient représentés à Barcelone, une manière de promouvoir l’expertise française à l’international et une vision française de la ville intelligente, durable et solidaire. 
 
Si certaines villes, à l’image des métropoles de Lyon et Grenoble, ont fait le choix de s’associer au sein d’un même pavillon, le partenariat entre Business France, coordonnateur du pavillon français et France urbaine, a permis à Toulouse Métropole et à la Communauté urbaine de Dunkerque de disposer d’un espace au sein du pavillon France, accompagné d’entreprises locales ayant développé des innovations numériques dans les domaines de la mobilité, de l’écologie, de la santé, et de la data, etc.
 
Partenaire stratégique du SCEWC depuis 2018, France urbaine a également pu faciliter la participation de ses membres et partenaires, lesquels ont pu bénéficier d’un accès gratuit à l’ensemble des espaces du salon et gagner en visibilité en apparaissant dans les supports de communication mis en place par les équipes du SCEWC. 
 
Si le salon de Barcelone offre l’opportunité, à chacun, de promouvoir son territoire et de nouer des contacts, la majorité des villes présentes a répondu à l’appel de France urbaine en faisant le choix, en complément de leurs activités individuelles, de s’inscrire aussi dans une démarche collective et contribuer ainsi à porter les couleurs d’un modèle français de la ville intelligente.  
 
Lyon, Grenoble, Toulouse, Dunkerque, Marseille, Strasbourg, Angers, Nantes ou encore Perpignan ont ainsi pris part aux temps forts organisés dans le cadre de la délégation de France urbaine conduite par Karine Dognin-Sauze, adjointe au maire de Lyon en charge des relations internationales, vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’innovation et de la métropole intelligente, co-présidente de la Commission numérique de France urbaine.

Retour sur les principaux temps forts de la délégation de France urbaine
 

Une mobilisation du contingent français inédite

Accueillis par Karine Dognin-Sauze, les membres de la délégation de France urbaine se sont retrouvés dès l’ouverture du salon autour d’un petit-déjeuner convivial pour lancer le coup d’envoi de la manifestation. L’occasion de rappeler les enjeux qui entourent ce salon, mais aussi l’importance pour les acteurs français de s’inscrire autant que faire se peut dans une démarche collective. Unies à l’international, les villes françaises ont une voix qui porte davantage et qui contribue à renforcer l’attractivité du pays, notamment grâce à la diversité des expérimentations mises en place dans les territoires comme en témoigne la publication réalisée et présentée par France urbaine à l’occasion du salon. 
 
Après avoir rappelé les temps forts du programme prévus au long de ces trois journées, les organisateurs de salon ont tenu à venir saluer les membres de la délégation et redire leur enthousiasme alors que la France est désormais le deuxième pays, après l’Espagne, en termes de visiteurs. Il faut dire que les liens se sont renforcés depuis 2015, année où France urbaine et Vivapolis avaient organisé le premier pavillon français regroupant à la fois des villes et des entreprises locales. Depuis, la mobilisation des acteurs français, notamment publics, n’a cessé de croître. Grands groupes, startups, acteurs de la recherche, opérateurs de l’Etat : l’équipe France, regroupée au sein d’une même zone a pu exposer l’ensemble de ses savoir-faire.  
 
Echange franco-américain : un premier dialogue prometteur
Pour une première, le temps d’échanges organisé le 19 novembre par France urbaine et le département américain au commerce extérieur s’est avéré réussi. Il ouvre la voie à de futures perspectives de collaboration entre acteurs français et américains comme en témoigne la forte mobilisation des membres de la délégation française. Pas moins de neuf villes françaises ont pris part à ce dialogue auquel participaient, côté américain, des représentants d’Atlanta, New-York, Smart Colombus ainsi que startups et entreprises. De ce point de vue, on notera la forte mobilisation des entreprises lyonnaises venues en nombre rencontrer les acteurs américains et nouer de premiers contacts dont certains s’annoncent prometteurs.


 
Dialogue Franco-Suédois : Les villes sinvitent dans le partenariat stratégique noué entre la France et la Suède
Dans le prolongement des échanges initiés entre France urbaine et le réseau suédois de villes « Viables cities », début octobre, sur le thème des stratégies alimentaires territoriales, le rendez-vous avait été pris, à Barcelone, pour poursuivre les échanges entre collectivités françaises et suédoises.
 
Le partenariat Franco-suédois pour l’innovation, signé en 2017, par les autorités des deux pays vise à renforcer la relation et la coopération entre la France et la Suède dans les domaines de l’innovation, de la transformation numérique et des solutions durables. Elle offre un nouveau cadre propice au développement des relations entre nos deux pays, notamment à travers un fort soutien financiers des pouvoirs publics suédois. 
 
A l’issue d’une brève allocution de Viables cities et de France urbaine, 7 villes françaises (Lyon, Grenoble, Marseille, Nantes, Strasbourg, Angers et Toulouse) et 6 villes suédoises (Umeå, Stockholm, Helsingborg, Lund, Malmö, Västerås, Göteborg) ont ainsi pu se retrouver sur le pavillon de la Métropole de Lyon et échanger, une heure durant, sur l’intérêt de développer des coopérations.  
 
Cette rencontre, à laquelle s’est associée Vivapolis, fût l’occasion pour la métropole grenobloise, représentée par Claus Habfast, vice-président délégué à l’enseignement supérieur, la recherche, l’innovation et l’international, et la ville de Lund, d’initier un partenariat entre les deux villes pour coopérer dans le domaine de la mobilité.
 
Rendez-vous a été pris pour organiser conjointement, en 2020, une journée d’échanges dédiée à la coopération Franco-suédoise et nourrir ainsi le partenariat franco-suédois pour l’innovation.

 
 

Une publication France urbaine officiellement dévoilée au SCEWC de Barcelone
Quelle est la finalité des usages de numérique appliqués à la ville ? Dans quelle mesure le numérique permet-il de favoriser les innovations sociales ? Existe-il un modèle français de la smart city ? Alors que le concept de smart city suscite toujours de nombreuses interrogations, France urbaine a saisi l’occasion du SCEWC pour dévoiler sa nouvelle publication intitulée « Villes, numérique et innovation sociale : expériences françaises».  En recensant des innovations mises en place dans 16 villes françaises, cette publication met en perspective les différentes initiatives des grandes villes, grandes intercommunalités et métropoles pour concilier numérique et mieux-vivre en ville.  

Valorisée lors d’une séance de présentation, le 20 novembre, dans l’agora centrale du salon, cette séquence, à laquelle ont pris part plusieurs des contributeurs, Carlos Moreno, spécialiste de la Human Smart City, Patrice Vergriete, maire de Dunkerque, président de la Communauté urbaine de Dunkerque, Claus Habfast et Constance Nebbula, conseillère municipale déléguée à l’économie numérique et l’innovation de la ville d’Angers, conseillère communautaire d’Angers Loire Métropole, a été l’occasion d’approfondir les échanges et les exemples concrets sur la manière dont le numérique et les nouvelles technologies contribuent au mieux-vivre en ville.
Seize fiches, chacune dédiée à une collectivité, recensent à la fois la démarche globale portée en matière de ville intelligente, et dresse un panorama des initiatives prises par les territoires urbains, permettant d’apprécier les contours de la ville de demain et d’identifier le numérique comme un puissant levier d’aménagement du territoire, facilitateur du quotidien et vecteur d’innovation sociale.

Cette séquence sonne le coup d’envoi d’un processus de valorisation qui se poursuivra ces prochains mois afin de mieux mesurer l’emploi spécifique des infrastructures et usages numériques des villes françaises, plaçant la smart city à la française comme un modèle à part entière.
Réalisée avec le soutien de la délégation à l’action extérieure des collectivités territoriales du  ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, la publication sera relayée dans les différents réseaux protocolaires français (Ministères des Affaires étrangères, services économique des ambassades etc.) et systématiquement valorisée lors des événements auxquels France urbaine participera, notamment à l’international (Forum urbain mondial en février 2020, Assises de la coopération décentralisée, Sommet Afrique-France 2020 sur la Ville durable, etc).