Share
Numérique et innovation
Covid-19

Télétravail, fablabs, plateformes citoyennes d’entraide : les grandes villes se mobilisent en période de confinement

09/04/2020

Le secteur du numérique est au cœur des dispositifs d’urgence et d’information des collectivités membres de France urbaine pendant la crise sanitaire du Covid-19.
 

France urbaine a tenu une réunion le 3 avril 2020 consacrée aux enjeux numériques pendant la crise du Covid-19. Elle a permis aux élus et techniciens présents de porter à connaissance les démarches menées dans le contexte actuel, majoritairement axées sur les enjeux du télétravail. Les fablabs et le vote électronique ont également été abordés.

Covid-19 et confinement : le recours massif au télétravail

Le recours massif au télétravail est commun à l’ensemble des grandes collectivités. Pour leurs directions des systèmes d’information, la télémaintenance constitue en l’état la principale préoccupation (maintien des réseaux, accompagnement des agents et sensibilisation aux bonnes pratiques), en prime des enjeux de sécurisation que le recours au télétravail enjoint. Pour faciliter ces échanges, des plateformes internes de mises en relation ont été mises en place.
200 agents en télétravail à Est Ensemble, 700 à Toulouse, pas moins de 2000 pour la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg… Le recours au télétravail pose de manière plus globale le maintien du lien, alors que le confinement perdure, entre l’ensemble des agents, également ceux qui ne peuvent y avoir recours. Des documents ressources ont été partagées, concernant le management, tels que le Guide du management à distance en situation exceptionnelle et les recommandations de sécurité informatique pour le télétravail en situation de crise de cybermalveillance.gouv.fr :
 

 
Débats des exécutifs locaux et innovations en temps de crise : vote électronique et mobilisation des fablabs
 
Pour assurer la continuité du travail des exécutifs locaux, une ordonnance a été adoptée le 1er avril 2020 en Conseil des ministres. Elle vise à « assurer la continuité du fonctionnement des institutions locales et de l'exercice des compétences des collectivités territoriales et des établissements publics locaux afin de faire face à l’épidémie de covid-19 ».
 
L’une des mentions porte sur « la tenue des assemblées délibérantes par visioconférence ou audioconférence pour éviter leur réunion physique » :
(…) Le cas échéant, tous les moyens permettant de procéder par téléconférence (visioconférence, audioconférence, tchat) sont autorisés. Sous réserve que tous les participants aient bien pris connaissance des modalités techniques permettant de se connecter à cette téléconférence, les séances nécessaires à la vie démocratique (séance de l’assemblée délibérante, des commissions permanentes, des bureaux, etc.) pourront être réalisées de façon dématérialisée. Cette disposition s’applique aux collectivités territoriales, aux EPCI (EPT et syndicat mixte compris) ainsi qu’aux services départementaux d’incendie et de secours (SDIS).
 
En conséquence, tous les votes devront avoir lieu au scrutin public, soit par appel nominal, soit par scrutin électronique, si cela est possible (…).

En la matière, sans qu’un seul modus operandi ne prévale, plusieurs solutions techniques ont été rapportées par les collectivités participantes, dissociant l’outil de visioconférence et la plateforme collaborative (partage de documentation, questions, votes) : Skype, WebEx, Tixeo, Zoom ou encore Jitsi pour la visioconférence, SharePoint et Teams pour les plateformes d’échanges.
Outre les outils, l’enjeu repose également sur la sensibilisation des élus et le recours à une pratique dématérialisée pour des conseils métropolitains au sein desquels siègent plus de 100 personnes.
 
Une mobilisation des fablabs et des makers pendant la crise
 
Pour compenser le manque de protections et apporter des solutions matérielles à la crise sanitaire, les makers sont très largement mobilisés et démontrent la grande utilité des fablabs au sein des écosystèmes locaux. Les productions se traduisent surtout par la conception de visières, mais également de respirateurs.
Des coopérations, plus ou moins opérationnelles, prennent forme avec les directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE) dans le but de sourcer les entreprises en mesure d’apporter les matières premières. Les pôles de compétitivité sont également sollicités pour faciliter la mise en réseau.
Un « essoufflement » peut d’ailleurs être observé, d’où l’intérêt de passer à une « phase d’industrialisation » A Nantes, un consortium a été passé avec Armor Groupe, afin notamment d’équiper le CHU en visière. 
 
Diffusion des plateformes numériques pour faciliter l’entraide
 
France urbaine a relayé l’initiative de la MedNum de mettre en place un numéro vert et un site recensant tutoriels et guides de bonnes pratiques pour pallier aux difficultés liées aux usages numériques. Le numéro vert permet une mise en relation avec un volontaire dans la prise en main de services en ligne essentiels : faire ses courses en ligne, faire ses démarches administratives, télé-consulter un médecin, s’informer, ou encore communiquer avec des proches.
Cette plateforme nationale solidarité numérique a été relayée par les collectivités afin que les acteurs institutionnels et associatifs du territoire, notamment les médiateurs numériques, puissent massivement se mobiliser.
En parallèle, des plateformes numériques de solidarité ont également été déployées par les collectivités. C’est le cas à Toulouse, Aix-en-Provence ou encore Grenoble.

D’autres enjeux émergent ces derniers jours, à l’instar du recours pérenne au télétravail, de la cybersécurité ou encore le souhait du gouvernement de recourir au tracking et à l’utilisation des données pour endiguer la propagation du Covid-19.