Share
Sport

Sport : un plan de relance (très) timide

10/09/2020

Le 5 septembre 2020, le gouvernement a annoncé la mise à disposition sur deux ans d’une enveloppe de 120 millions d’euros à destination du sport.

Le Premier ministre, Jean Castex, le ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports Jean-Michel Blanquer et la ministre déléguée chargées des Sports Roxana Maracineanu, ont annoncé la mise à disposition sur deux ans d’une enveloppe de 120 millions d’euros à destination du sport.

Cette enveloppe vient abonder le budget de l’Agence nationale du sport et entend être répartie en 3 principaux volets : 40 millions d’euros à la création d’emploi dans le secteur des associations sportives, 50 millions d’euros visant à favoriser la transition énergétique des équipements sportifs, 30 millions d’euros fléchés au service des clubs et des fédérations sportives (avec un accompagnement au développement du numérique à hauteur de 9 millions d’euros).

Cette initiative démontre que le sport n’a pas été évincé du plan de relance mais il n’en ressort pas pour autant renforcé, au regard de la timidité des moyens mobilisés. Dans un récent courrier, France urbaine avait interpellé le Premier ministre - ancien président de l’Agence nationale du sport (ANS) - afin que des fonds dédiés au sport puissent être massivement mobilisés.

Si plusieurs dispositifs de soutien au sport ont émergé, à l’instar du dispositif « Soutiens ton club » porté par la Fondation du Sport français, en partenariat avec France urbaine et des appels à projets lancés par l’Agence nationale du sport, la mobilisation financière de l’Etat en matière de sport est faible et présage pour l’avenir un portage encore plus conséquent des collectivités territoriales et principalement du bloc local en dépenses d’investissement et de fonctionnement.  

Rappelons que les grandes villes, communautés et métropoles ont été très nombreuses à décider durant la crise sanitaire des reports de charges, des maintiens de subventions « sur service non fait » ou des dotations de subventions exceptionnelles pour les associations sportives. Cet engagement prendra sa pleine mesure au sein des Conférences régionales du sport (CRS), dont la déclinaison opérationnelle est attendue pour les prochaines semaines, avec la parution début octobre du décret ad hoc.