Share
Transition énergétique
Transition écologique

Retour sur les 1ères Assises Nationales des Energies Renouvelables citoyennes

11/12/2019

France urbaine était partenaire de cet événement organisé par l'ADEME le 10 décembre à Montpellier. 

Organisées par l'ADEME, avec la participation de la Banque des Territoires, Energie Partagée Association et la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée, les premières Assises Nationales des Energies Renouvelables citoyennes, dont France urbaine était partenaire, ont été l’occasion de rencontrer les acteurs qui sont déjà passés à l’action sur des projets d’énergie renouvelable, de partager sur une journée les savoirs, les expériences et surtout d’obtenir des « modes d’emploi » (bonnes pratiques et écueils à éviter) pour construire des projets partagés et fédérateurs pour un territoire, avec à la clé des retombées économiques, sociales et environnementales.
 
Les projets d'énergie renouvelable portés par les habitants et les collectivités se multiplient. C'est un mode de gouvernance en émergence, essentiel pour la transition énergétique et solidaire par et pour les territoires. Aujourd’hui, les énergies renouvelables citoyennes, portées par et pour les acteurs des territoires, c’est plus de 300 projets en France, dont 100 en fonctionnement, 122 MW installés, 243 MW en développement sur l’ensemble des filières électriques et thermiques (éolien, photovoltaïque, micro-hydraulique, chaufferie-bois, méthanisation).
 
Saint-Etienne Métropole, une métropole engagée
 
Les retours d’expérience sont nombreux et variés dans tous les territoires et ont été mis en avant au cours de la journée, notamment ceux développés par Saint-Etienne Métropole et présentés par sa vice-présidente Sylvie Fayolle dans un premier temps lors de la séquence dévoilant 4 clés de succès propices à la bonne réalisation d’un projet d’énergies renouvelables collectif et citoyen. La vice-présidente de la Métropole a fait part du retour d’expérience de la collectivité et a partagé avec les participants les opportunités à saisir mais aussi les freins rencontrés et les solutions mises en œuvre, plus spécifiquement sur la manière d’associer acteurs publics, privés et citoyens.

Sylvie Fayolle a également participé à un atelier sur le thème « Des collectivités et des citoyens qui investissent et s’investissent : quels parcours et quels outils ? ». Lors de ce temps d‘échange, la vice-présidente de Saint-Etienne Métropole a décrypté le rôle d’accompagnement et de financement des collectivités, montré la complémentarité des outils et structures juridiques permettant aux citoyens de participer à la gouvernance des projets et abordé les grands principes qui encadrent la collecte de l’épargne publique et des levées de fonds.
 
« Les projets citoyens sont plus rentables pour les territoires que les projets privés » selon Energie Partagée

Lors de l’événement, l’association Energie Partagée a publié les résultats d’une étude sur les retombées économiques des projets citoyens de production d’énergie renouvelable dont la conclusion est la suivante : « Les projets citoyens sont deux à trois fois plus rentables pour le territoire que les projets privés ». Si tous les projets d’EnR génèrent des retombées locales via la fiscalité et les loyers, les projets citoyens se distinguent en y ajoutant les revenus de l’investissement local (31% du produit total) et un recours accru à des prestataires locaux (34% du produit total). En d'autres termes, les projets citoyens font appel à des emplois locaux et le produit de l’investissement reste local. 

Pour obtenir ces résultats, Energie Partagée a étudié les retombées économiques locales de 36 installations citoyennes (88 MW), soit 69% de la puissance totale en fonctionnement. Les résultats ont ensuite été extrapolés sur l’ensemble du parc citoyen éolien et photovoltaïque en exploitation à l’échelle nationale à la date de juin 2019, soit 98 installations (128 MW). Sur ces 98 installations, les retombées économiques pour une période d’exploitation de 20 ans, sont estimées à 98 millions d’euros. « 80% des retombées locales sont créées en phase d’exploitation ».