Share
Education et petite enfance
Covid-19

Réouverture progressive des écoles et des crèches : une décision légitime mais conditionnée à des mesures sanitaires strictes

07/05/2020

Depuis l’annonce par le Chef de l’Etat dans le cadre du déconfinement progressif de la réouverture des écoles et des crèches, France urbaine a fait part de très nombreuses propositions.

Il est utile de rappeler tout d’abord que, dès le premier jour de la crise, et ne disposant alors que de rares informations sur le Covid- 19 et les précautions à prendre, les maires ont, en toute responsabilité, ouvert les établissements aux publics prioritaires : les enfants de soignants bien sûr mais également ceux assurant notre sécurité, l’urgence sociale, le maintien des services essentiels, voire même, dans certains territoires, la capacité à pouvoir continuer à s’approvisionner sur le plan alimentaire.
 
Ces choix, mis en œuvre sur l’ensemble du territoire national et qui ont conduit l’ensemble des élus de France urbaine à travailler ensemble plusieurs fois par semaine, n’ont pas aggravé la situation sanitaire pour des enfants, pourtant exposés de par la profession de leurs parents, pour leurs proches ou pour  les adultes accueillants.
 
C’est grâce à ce haut niveau d’exigence, appris au long de chaque journée d’ouverture, que France urbaine considère légitime cette réouverture progressive, tout en proposant des conditions les plus sûres possibles au plan sanitaire mais également compatibles avec l’accueil d’enfants.
La volonté d’effectifs limités, celle de propositions, partout où cela est possible, d’heures d’accueil complémentaires à celles de l’école par la commune, justifient à l’évidence l’extension du nombre d’enfants accueillis prioritairement à ceux qui auraient « décroché » ou dont le(s) parent(s) devra/devront retourner travailler.
 
Favoriser le télétravail et les horaires décalés jusqu’en août
 
C’est à ce titre que France urbaine demande à l’Etat et aux employeurs de maintenir les dispositifs permettant le télétravail, les horaires décalés ou les absences exceptionnelles sans doute jusqu’au mois d’août puisque de nombreuses vacances prévues au mois de juillet sont susceptibles d’être reportées ou annulées. De plus, si de nombreux enfants ne sauraient disposer d’aucun accueil de loisirs ou en crèche, cela ne pourra pas excéder les capacités réduites pour des raisons sanitaires.
 
Eviter la surenchère règlementaire et normative
 
Enfin, si France urbaine a salué les protocoles sanitaires des administrations qui sont autant de référents indispensables pour nos professionnels et ont vocation à rassurer les familles, l’association a aussi souhaité que soit évitée autant que faire se peut la surenchère règlementaire et normative qui n’aurait pour conséquence qu’un surcroît de précautions, des impossibilités ou des refus de réouverture.
Quels que soient les avatars de la période actuelle, notamment polluée par des prises de parole ou des interventions parfois contradictoires, il est indispensable de maintenir cette exigence de responsabilité : ouvrir dans les meilleures conditions, répondre le cas échéant aux inquiétudes d’autres structures accueillant les enfants, accepter, avec humilité, d’interroger le mardi les retours du lundi afin d’accueillir progressivement un plus grand nombre d’enfants dans les meilleures conditions possibles. Il sera pour autant impossible de les accueillir tous.
 
France urbaine rend hommage aux élus et techniciens en charge de l’éducation et de la petite enfance
 
A la veille de cette échéance, France urbaine tient à féliciter et à remercier les élus en charge de l’éducation, de la petite enfance. Elle salue également les directeurs qui, plusieurs fois par semaine et dans des séances de travail réunissant plus d’une centaine de responsables pendant plusieurs heures, ont échangé, partagé les situations locales, assuré la solidarité entre territoires, permis de proposer, pour toutes les écoles et toutes les crèches de France, des conditions d’accueil au cœur de la crise et de réouverture dans les meilleures conditions possibles pour les enfants.
Bien entendu, ce travail engagé depuis plusieurs semaines ne s’arrêtera pas le 11 mai. Consciente de la situation et pleinement mobilisée, France urbaine souhaite cependant une bonne reprise à tous les enfants qui pourront être accueillis ainsi qu’aux personnels des collectivités et de l’Education nationale.
 

Il semble que votre navigateur ne soit pas configuré pour afficher les fichiers PDF. Télécharger Adobe Acrobat ou cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.

Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.