Share
Cohésion sociale et politique de la ville
Santé

"Pau Partage" favorise la rencontre entre un bénévole et une personne âgée

03/09/2019


A l'initiative d'agents de la Ville, le service Pau Partage met en relation chaque semaine des personnes âgées isolées et des bénévoles. Un appel à candidature est d'ailleurs lancé.

Pau Partage, c'est l'un des dispositifs qui lutte contre l'isolement des personnes âgées. Depuis mars 2019, une équipe s'est mise au travail, composée de deux expertes terrain (une aide à domicile, une agent du portage de repas à domicile) ainsi que de deux chargées de projets selon la méthode du programme Beta Gouv.
 

  1. quel est le problème ?
  2. vérifier si le problème a un impact conséquent
  3. si le besoin est vérifié, travailler sur une solution
  4. tester la solution de façon rapide
  5. procéder à des ajustements selon la phase test de cette solution

Il était indispensable pour l’équipe de travailler avec les autres acteurs du territoire ; les associations locales comme Presse Purée et les petits frères des pauvres notamment, ont permis de mieux appréhender le problème, de témoigner de leur expérience et expertise et de répondre ensemble au problème de l’isolement.
Cette méthode a permis d’obtenir très rapidement des résultats : en quelques semaines, le problème de la solitude des personnes âgées a été confirmé. Sur plus de 200 questionnaires, 91 % des personnes interrogées de plus de 60 ans ont déclaré se sentir seules et souffrir de cette solitude. En rencontrant une dizaine de personnes âgées, l’équipe a rapidement compris l'attente de ces personnes : le contact humain; voir quelqu’un, parler, échanger, ne pas être seul.
Très vite, l’équipe a mis en contact des bénévoles avec ces personnes âgées afin d’organiser une fois par semaine des visites visant à être un temps convivial. Chacun s’appropriait ce moment de façon différente : certains ont joué au scrabble, d’autres ont cuisiné, d’autres ont jardiné, certains se sont baladés et parfois il s’agissait juste d’échanges et de bons fous-rires.

Le résultat a été sans appel : les personnes ont verbalisé l’apport de ces rencontres : "J’ai plus d’énergie pendant la journée", "je dors mieux le soir, "j’attends vendredi avec impatience", "j’ai enfin envie de faire quelque chose".

La relation apportait autant au bénévole qu’à la personne accompagnée : une bénévole a même retrouvé un emploi, osant plus aller vers l’extérieur et valoriser ses compétences humaines.