Share
Finances et Fiscalité
Transition écologique
Solidarités
Alliance des territoires

Olivier Landel : "France urbaine demande un transfert de fiscalité en contrepartie d’obligations écologiques et sociales consenties"

09/06/2020

Découvrez l'entretien accordé par le délégué général de France urbaine à Décideurs Magazine.

Les métropoles, communautés urbaines, communautés d’agglomération et grandes villes sont en première ligne depuis le début de la crise sanitaire. Olivier Landel, délégué général de l’association France urbaine, expose le rôle qu’elles pourraient avoir dans la relance économique. Il dresse également un premier bilan de cette situation inédite.

Quels premiers enseignements tirez-vous de la crise sanitaire et du confinement ?

Olivier Landel. J’ai été agréablement surpris par la réactivité des organes de gouvernance des villes et des métropoles. Tous avaient des plans de continuation de l’activité qui ont été déployés immédiatement. Résultats : les grands services publics urbains ont continué à fonctionner normalement. Deuxième enseignement, France urbaine a été plus que jamais un lieu d’échanges et de transmission des informations entre le gouvernement, le Parlement et les territoires. Cela a notamment permis de faire remonter efficacement les problèmes au plus haut niveau et de rassurer rapidement, grâce aux retours d’expérience des uns et des autres, les maires des grandes villes et présidents de métropole au moment de prendre des décisions stratégiques. Cette régulation horizontale entre nos membres constitue une tendance intéressante pour l’avenir. A contrario, nous gagnerons en efficacité à avoir une organisation davantage déconcentrée, décentralisée et différenciée entre l’Etat et les collectivités territoriales.

Quel regard portez-vous sur l’action du gouvernement ?

Olivier Landel. Peu de personnes auraient voulu se retrouver à la place de ceux qui ont eu à prendre des décisions difficiles. A titre personnel, je retiens la position d’humilité du Premier ministre qui a été appréciée par nos membres. Ces derniers doivent eux-aussi prendre régulièrement des décisions qui ont un impact important sur la vie et le quotidien des citoyens. Néanmoins, il aurait été plus efficace dans certains cas d’échanger avec nous avant de prendre des décisions. Concernant les instructions des autorisations d’urbanisme, le gouvernement aurait pu nous consulter pour objectiver les raisons des retards alors qu’il a surtout écouté les craintes des promoteurs. N’oublions pas que la signature d’un décret ou d’une ordonnance constitue un point de départ et non un point d’arrivée. Associer en amont ceux qui vont faciliter sa mise en œuvre du texte constitue le meilleur moyen d’atteindre les objectifs visés.