Share
Culture
Education et petite enfance
Enseignement supérieur et recherche

L'Institut National Supérieur de l’Education Artistique et Culturelle (INSEAC) est lancé

27/02/2020

Le gouvernement a annoncé le 19 février 2020 le lancement officiel de l’INSEAC, institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle.

Intégré au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), ce nouvel institut de formation implanté à Guingamp sera piloté de manière conjointe par les ministères de la culture, de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, le CNAM, et les quatre collectivités impliquées dans le projet (Ville de Guingamp, Guingamp-Paimpol Agglomération, Côtes d’Armor, Région Bretagne).

Cet objectif présent dans la campagne d’Emmanuel Macron est récurrent d’un gouvernement à l’autre : permettre à 100% des enfants d’avoir accès aux trois dimensions de l’éducation artistique et culturelle (EAC) que sont la pratique artistique, la fréquentation des œuvres et la rencontre avec les artistes, et l’acquisition de connaissances.

A l’issue d’une phase de préfiguration de dix-huit mois et avant l’accueil de la première promotion à la rentrée 2021, l’INSEAC aura pour mission de concevoir et d’animer une offre de formation professionnelle supérieure certifiante à partir des référentiels EAC, en lien avec les établissements d’enseignement supérieur sous la tutelle du ministère de la Culture et les Instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation (INSPE). Ces formations s’adresseront aux étudiants et professionnels amenés à développer ou à participer à des projets d’éducation artistique et culturelle : étudiants, enseignants, artistes, médiateurs culturels, mais aussi agents de la fonction publique territoriale (médiateurs culturels et socio-culturels, animateurs socio-éducatifs), élus locaux et salariés du secteur associatif.

A travers la production et la diffusion de ressources, l’INSEAC aura ainsi pour objectif de fédérer les acteurs autour de pratiques et d’objectifs partagés, de manière à créer un environnement favorable au développement et à l’évaluation de cette politique sur l’ensemble du territoire. Les chercheurs rattachés à l’institut devront travailler en collaboration avec les labos de recherche du CNAM, qui va créer une chaire intitulée « EAC, arts et techniques du public ».

Côté financements, l’INSEAC s’appuiera sur la commune qui met gracieusement à disposition des locaux dans une ancienne prison classée dont la réhabilitation mobilise 9 millions d’euros. Le ministère de l’Education nationale apportera trois emplois et celui de la recherche, cinq emplois. Chacun des trois ministères concernés devrait aussi allouer 200 000 euros annuels au fonctionnement de l’établissement ; des subventions complémentaires des collectivités sont en discussion.