Share

#JNFUToulouse2019 - Jean-Luc Moudenc : « Laissez-nous les clés du camion »

04/04/2019

L'édition 2019 des Journées nationales de France urbaine s'est déroulée à Toulouse, elle s'est achevée par un discours de remerciements de Jean-Luc Moudenc à l'ensemble des participants de plus en plus nombreux chaque année. Il a rappelé qu’à « France urbaine, nous faisons le choix de la solidarité plutôt que celui de l’affrontement. Nous pensons que l’Alliance des Territoires est une clé majeure au service de la cohésion nationale ».  En présence du président du Sénat, Gérard Larcher et de Jean-René Cazeneuve, député du Gers, président de la Délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation de l'Assemblée nationale, Jean-Luc Moudenc s'est élevé contre un « discours simpliste visant à opposer urbain et rural »… « Si cette crise devait déboucher sur une accentuation du fossé entre urbain et rural, au détriment du monde urbain, bien sûr, ce serait une grave régression pour le pays », a-t-il mis en garde. Les maires et présidents d'agglomérations veulent sortir de l'opposition entre grandes villes et territoires ruraux, métropoles et zones périphériques, souvent mise en avant lors du grand débat.

Les grandes villes sont « en première ligne en particulier pour subir les conséquences des violences qui ont dénaturé ce mouvement », a déploré Jean-Luc Moudenc, rappelant les dégradations à l'occasion des manifestations des Gilets jaunes. Pour sa part le maire de Dijon, François Rebsamen, a rappelé que « c'est dans les villes qu'il y a aujourd'hui le plus de pauvres. 20% des ménages urbains ont un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté ». Des territoires viendront, « non pas toutes les solutions, mais des solutions pour sortir de la crise ». Les élu.e.s de France urbaine ont appelé le gouvernement à « achever le processus de décentralisation », et à donner « plus de responsabilités au local ».
L'association plaide pour l'inscription dans la constitution de « l'autonomie fiscale (et non financière) des collectivités territoriales dotées de la clause de compétence générale ». Le principe de « différenciation » doit être également inscrit dans la loi fondamentale, pour que les territoires puissent agir différemment en fonction des conditions locales.
Au moment où le gouvernement a entrepris de supprimer la taxe d'habitation, les élus de France urbaine veulent « renforcer le lien fiscal avec les citoyens » en conservant « une contribution, même minime, de chaque résident ».
L'association réclame par ailleurs qu' « une partie de la contribution climat énergie » soit affectée aux Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) et aux régions, les deux échelons chargés de mettre en œuvre les actions en matière de transition écologique. « C'est dans nos grandes villes que se joue en grande partie le défi climatique ».
Une « alliance des territoires », renforçant la coopération entre zones urbaines et rurales est une bonne réponse à la différence, incontestable, de développement entre centres urbains et zones rurales et périphériques.
« Plus les Villes montent en puissance, plus elles ont des devoirs vis-à-vis des zones périphériques et de la ruralité », explique Jean-Luc Moudenc. D'autres propositions portent sur le logement, la santé, l'éducation ou la sécurité. France urbaine, qui a misé sur le dialogue avec l'exécutif depuis le début du quinquennat, déplore de ne pas avoir été entendue sur un certain nombre de sujets majeurs : développement économique, mobilité, transition énergétique...
Jean-Luc Moudenc a pour conclure annoncé que les élus de France urbaine présenteront leurs propositions au Président de la République le 9 avril prochain. Ce moment sera l’occasion de lui rappeler la philosophie d’action des élus de France urbaine :
« - nous savons innover, mobiliser les acteurs de nos territoires et obtenir des résultats, mais il faut nous laisser « les clefs du camion » pour faire plus et mieux !
- nous savons notre interdépendance avec d’autres territoires : s’ils vont mieux, nous irons mieux ! Si nous allons moins bien, ils iront moins bien !
- nous appelons l’Etat à plus de modestie, plus d’écoute, plus d’accompagnement et moins d’arrogance : nous l’appelons à se concentrer sur ses responsabilités régaliennes et à ne pas nous entraver.
- enfin, une décentralisation aboutie, c’est une décentralisation où les élus que nous sommes, à « portée d’engueulade » de nos compatriotes comme vous aimez à le dire, doivent être autonomes et responsables pour améliorer la vie quotidienne des gens.
C’est en cela que nous voulons une nouvelle étape de décentralisation.
 »

 

(c) Mairie de Toulouse - Bernard AÏACH
 © Mairie de Toulouse – Bernard AÏACH

(c) Mairie de Toulouse - Bernard AÏACH
© Mairie de Toulouse – Bernard AÏACH

(c) Mairie de Toulouse - Fréderic MALIGNE
© Mairie de Toulouse – Fréderic MALIGNE