Initiatives villes et agglos

Créée en 2015, la police administrative municipale du Mans s’est dotée d’un code de police administrative. Il doit permettre de mieux faire connaître et de mieux faire respecter « des règles communes de vie quotidienne à notre civilité » affirme Jean-Claude Boulard, sénateur-maire du Mans, président de Le Mans Métropole.

« L’Arbre aux hérons », projet unique et singulier, imaginé par Pierre Oréfice et François Delarozière, (fondateurs des « Machines de l’Ile »), c’est un arbre métallique végétalisé de plus de 40 mètres de haut capable d’accueillir entre 300 et 400 visiteurs, ainsi que tout un « bestiaire » mécanique… Un projet qui devrait voir le jour aux alentours de 2020 sur l’ancienne friche industrielle du Bas-Chantenay.

L’importance des réformes territoriales ouvre un nouveau défi pour les exécutifs locaux. Ils ont dû organiser des communautés de destin à plus grande échelle et s’adapter à une nouvelle répartition des compétences entre collectivités. Pour accompagner cette mutation en profondeur, la performance de l’ensemble des agents des collectivités est un incontournable. Dans un tel contexte, les enjeux sont forts en matière de ressources humaines. Pour la communauté urbaine du Grand Reims et pour la ville de Reims, la dynamique impulsée par son directeur général des services, Marc Pons de Vincent, a conduit à la création d’une école de formation Interne.

La célèbre piscine de la Butte-aux-Cailles, inaugurée en 1924, chauffe l’eau de son bassin extérieur par des serveurs informatiques. Ces centres de données, sont indispensables aujourd’hui pour l’économie numérique car ils stockent la quasi-totalité de la mémoire du web. Cependant, ils sont très gourmands en énergie mais ils créent également énormément de chaleur et les sociétés qui les gèrent dépensent énormément d’argent pour les refroidir. En parallèle, chauffer le bassin d’une piscine coûte également cher. Mais alors pourquoi ne pas chauffer une piscine avec la chaleur émise par les datacenters ? Cette technologie innovante s’inscrit dans les objectifs de développement durable développés par le plan Nager à Paris et ceux fixés par le Plan climat énergie : réduire les émissions de gaz à effet de serre et atteindre 30 % d’énergies renouvelables dans l’approvisionnement de l’administration d’ici 2020.

La Métropole de Lyon s’emploie à développer des solutions de mobilité accessibles à tous, plus respectueuses de l'environnement. Ainsi, pour désengorger les axes de circulation et améliorer la qualité de l’air du territoire, la Métropole de Lyon propose aux usagers une large panoplie de modes de déplacement, dont le développement des transports en commun et des modes doux. A ce titre, depuis le 1er janvier 2017, la métropole et le Sytral expérimentent le couloir de bus dynamique. Quand le partage spatial de la voirie devient un partage temporel !