Initiatives villes et agglos

Selon les statistiques, 5 % de la population française ne disposerait pas d'une mutuelle d’assurance santé complémentaire. Rapporté à la population de Besançon, un tel chiffre concerne 6 000 personnes.

Partant de ce constat, le Centre communal d'action sociale (CCAS) bisontin a décidé d'agir et de prendre l’initiative : les habitants ne bénéficiant pas d'une assurance complémentaire santé pourront se diriger vers le CCAS lequel, après une évaluation de leurs besoins, les redirigera, soit vers ses propres services, soit vers une association intermédiaire : « ACTIOM ». Le principe étant d'utiliser celle-ci pour assurer un lien direct entre les “demandeurs“ de mutuelle et les organismes pouvant leur proposer une complémentaire santé.

La communauté urbaine Caen-la-Mer a pris l’initiative de mettre en place, à titre expérimental, un service d’accompagnement individuel des agents en arrêt maladie et en attente de reclassement professionnel. L’idée clé : profiter de leur arrêt pour aider ces derniers à redéfinir un projet professionnel et à se former.

Mettre à profit l’interruption forcée

Anticiper le retour à l’emploi pour des agents en arrêt de longue durée, faire en sorte qu’ils puissent mettre à profit cette interruption pour construire, avec des spécialistes des ressources humaines, un nouveau projet professionnel et leur donner la possibilité d’être formés puis de rechercher un nouvel emploi, un nouveau métier : tels sont les enjeux du nouveau dispositif appelé « Mobilisation pendant l’arrêt de travail » (MOPAT).

En début d’année, la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole a acheté deux parcelles agricoles sur la commune d’Estagel. Ce type d’acte est courant pour réserver un espace destiné à la construction de logements ou à une zone d’activités économiques, mais plus rare lorsqu’il vise la protection d’un forage au-delà de son périmètre immédiat.

Dans le cadre de la mise en œuvre du contrat de ville 2015-2020 coordonné par la Métropole Rouen Normandie, des nouvelles démarches expérimentales en faveur de l’emploi et de l’insertion des jeunes ont été mises en place par les différents acteurs dans de nombreuses communes métropolitaines. Ces actions concrètes sont destinées à favoriser l’accompagnement vers l’emploi.

En la matière, de multiples initiatives peuvent être dénombrées, notamment dans les villes de Cléon, Elbeuf-sur-Seine et Saint-Aubin-lès-Elbeuf, en lien avec la mission locale d’Elbeuf et l’Association de prévention spécialisée (APRE) de la région elbeuvienne.

Les actions combinent les interventions d’un service de prévention spécialisée et celles des médiateurs des villes et des missions locales, avec pour objectif de remobiliser les jeunes qui se sont détournés des dispositifs de droit commun.

Toulouse a lancé en 2015 un « Plan Lumière » défini sur les bases d'un audit conduit auprès de 97 associations. Le programme, triennal (2015-2018), vise trois objectifs : « rallumer » les rues de Toulouse, valoriser le patrimoine et réaliser des économies financières et énergétiques.

Un an après le lancement, 40 % des objectifs ont déjà été réalisés.