Share
Solidarités
Développement économique

France urbaine lance un groupe-projet consacré aux enjeux d’insertion et d’emploi

25/10/2019

La réunion inaugurale du groupe-projet « Insertion et emploi » de France urbaine s'est déroulée le 17 octobre 2019.

Pilotée par Michel Papaud, directeur général des services de Grenoble Alpes Métropole, cette séance inaugurale visait à réunir un panel de territoires diversifié, permettant d’appréhender la pluralité des situations locales : sept métropoles (Clermont Auvergne Métropole, Dijon Métropole, Grenoble Alpes Métropole, Nantes Métropole, Rennes Métropole, Saint-Etienne Métropole, Toulouse Métropole), la communauté urbaine d’Arras, la ville de Dijon et deux territoires franciliens (EPT Plaine Commune et Grand Paris Sud).
 
L’objectif des travaux
Définir les contours d’une notion « d’autorité organisatrice de l’insertion et de l’emploi », visant à reconnaître aux territoires urbains une pleine responsabilité en matière de lutte contre la précarité et de restauration du lien social, et de coordination des multiples intervenants sur ce champ. Les territoires urbains, par les compétences qu’ils mobilisent (développement économique, logement, mobilité, etc) et leur niveau d’intégration, assument des responsabilités déjà importantes vis-à-vis de leurs populations.
 
Face aux situations d’extrême précarité, elles doivent pouvoir agir au plus près de leurs habitants, et apporter les réponses les plus réactives et adaptées. Ce qui ne suppose pas de substituer aux acteurs intervenants en ce champ, mais de pouvoir définir une doctrine d’emploi partagée, permettant la mise en œuvre conjointe d’un schéma capacitaire au bénéfice des plus précaires, mais aussi de la collectivité.
 
Trois champs de réflexion ont été identifiés

  1. Acquisition-restauration de la dignité, de l’autonomie et de l’intégrité : cet axe soulève les questions :
  • du positionnement de l’AOIE vis-à-vis des situations d’urgence (logement, habitat, santé et accès aux soins, alimentation…) ;
  • de la capacité d’identifier des corps intermédiaires modélisants, porteurs de respect, de fierté et de permanence sociale (éducateurs, animateurs, communautés éducatives, etc…) ;
  • de la capacité de témoigner le respect de la collectivité vis-à-vis d’autres identifiants de la communauté et du quartier

 

  1. Acquisition-consolidation d’une activité socialisée : cet axe soulève notamment les questions de :
  • la mobilisation de l’économie sociale et solidaire pour un territoire zéro chômeurs de longue durée ;
  • la capacité à porter des postes de travail d'Entreprises à But d'Emploi (EBE) ;
  • et, l’accompagnement des bénéficiaires du revenu universel d’activité (RUA) en cours de construction.
  • d’un point de vue financier, la problématique de l’activation des dépenses passives sera abordée.

 

  1. Acquisition d’un emploi dans l’économie classique : cet axe soulève la question de :
  • la capacité d’intermédiation de l’AOIE entre les entreprises et les personnes, pour un accès durable aux emplois de l’économie classique (notamment vers d’aide à la personne), en veillant à l’acculturation réciproque (la plus en amont possible) entre entreprises et demandeurs d’emploi.

L’ambition du groupe de travail : proposer des mesures concrètes en vue du projet de loi 3D « Différenciation, décentralisation, déconcentration », afin de faire confiance aux territoires et leur donner les moyens d’agir.