Share
Education et petite enfance
Post-Covid-19

Face à la hausse prévisible et prochaine du nombre d’élèves à l’école, l’offre périscolaire renforcée dans les grandes villes

14/05/2020

France urbaine a ainsi proposé au gouvernement un partenariat renforcé entre l’Etat et les territoires.

Accueillir à nouveau plus d’enfants dans les écoles et les crèches s’est effectué avec raison. France urbaine a fait part de sa volonté que le déconfinement progressif s’effectue dans les meilleures conditions possibles dans chacun des territoires, sans jamais oublier que la sécurité sanitaire des enfants et des adultes doit aller de pair avec des conditions d’accueil rassurantes après ces mois d’inquiétudes.
 
Les recommandations de France urbaine entendues
 
C’est dans ce contexte, après avoir fait part à l’Etat de ses recommandations que les métropoles, grandes agglomérations et grandes villes membres de France urbaine ont ouvert progressivement les établissements scolaires. Si le faible nombre d’élèves permet des accueils en petits groupes cette semaine, cela est en grande part due aux recommandations de France urbaine, y compris celles préconisant le maintien des capacités de télétravail ou d’autorisations spéciales d’absence pour tous les parents qui en ont la possibilité.
 
Une hausse prévisible du nombre d’enfants à l’école dans les semaines à venir
 
L’enjeu des prochaines semaines va être celui d’une très forte augmentation du nombre d’enfants, dès le 25 mai et plus encore à partir du 2 juin. Si les enseignements des premières semaines, comme ceux de l’accueil des enfants « prioritaires » depuis le début de la crise ont été précieux, la limitation de la taille des groupes restera pour autant une exigence incontournable dans chacun des établissements.
C’est pour garantir cette limitation du nombre d’élèves par groupe, tout en proposant des modalités d’accueil complémentaires aux familles dont les enfants ne pourraient être en classe, que les territoires urbains mettent en œuvre, partout où cela est possible et grâce à leurs partenaires locaux, une offre périscolaire renforcée. Celle-ci, permettant d’autres activités éducatives aux enfants telles que le sport ou la culture, exigent de la part des collectivités des lieux accessibles, des équipes formées et des moyens financiers attendus de la part de l’Etat. France urbaine a ainsi proposé au gouvernement un partenariat renforcé entre l’Etat et les territoires.
 
Une période estivale aux forts enjeux
 
Cette réalité ne prendra pas fin avec les vacances scolaires. Alors que de nombreuses familles seront amenées à différer, voire annuler leurs vacances estivales, il reviendra aux grandes agglomérations et grandes villes d’accueillir de nombreux enfants dans les crèches et de proposer des activités de loisirs et des animations plus nombreuses pour les enfants et les jeunes au cours de l’été.
Alors que des voyages lointains et des déplacements à l’étranger seront vraisemblablement impossibles, France urbaine prend l’initiative de mener une réflexion en réunissant les différents acteurs le 9 juin 2020 (Ministère de l’Education nationale et de la Jeunesse, Ministère de la Culture, Agence nationale de cohésion des territoires, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation, grandes fédérations d’éducation populaire ou d’organisation de séjours …) afin de définir des pistes d’organisation de séjours et des activités liant apprentissage et loisirs, proches géographiquement, pour les jeunes qui ne pourront partir en vacances.