Share
Transition écologique
Fonction Publique Territoriale

Eau et assainissement : une vigilance accrue dans un secteur encore « peu impacté »

01/04/2020

Jusqu’à présent, aucune difficulté majeure n'est à déplorer pour assurer la continuité du service d’alimentation en eau potable et d’assainissement des eaux usées. La vigilance reste de mise.

France urbaine a organisé le 26 mars 2020 une réunion d’échange sur les questions posées et les difficultés rencontrées dans le domaine de l’eau et de l’assainissement face au Covid-19. Treize territoires ont participé à ce temps d’échange.
 
Un domaine à ce jour encore peu impacté par la crise
 
De manière générale et ce, jusqu’à présent, les responsables en charge de l’eau et de l’assainissement au sein des métropoles, communautés urbaines, d’agglomération et grandes villes n’éprouvent pas de difficulté majeure à assurer la continuité du service d’alimentation en eau potable et d’assainissement des eaux usées. L’organisation du service s’effectue par des équipes d’astreinte renforcées, de telle manière à ce que les contacts entre les agents soient les plus limités possible.
 
La météo favorable ces dernières semaines a facilité la bonne gestion des réseaux d’assainissement, limitant ainsi les interventions curatives. La plupart des territoires ont stoppé les interventions de maintenance préventive. Se pose cependant la question de les reprendre, en fonction de la durée prévue de la crise.
 
Si la plupart des chantiers sont à l’arrêt, en accord avec les fédérations régionales du bâtiment, les services sont cependant sollicités par les Très Petites Entreprises (TPE), particulièrement fragiles, demandant la reprise de certains chantiers. L’office professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP) a publié un guide sur les mesures de prévention nécessaires dans le cadre d’une reprise des chantiers, mais dont les préconisations s’avèrent difficilement applicables en pratique.
 
Des agents pleinement mobilisés
 
Sur le plan des ressources humaines, les agents restent fortement mobilisés, qu’ils soient sur le terrain ou en télétravail, sur les objectifs de continuité du service. Les personnels chargés de l’entretien des réseaux d’assainissement sur le terrain réclament des protections : masques, gants et lunettes. Malheureusement, les stocks de masques diffèrent selon les territoires, certains d’entre eux craignant une rupture de stock dans les prochains jours. En outre, des demandes de gratification des agents « exposés » apparaissent dans un certain nombre de territoires. La plupart des responsables des ressources humaines envisagent, en lien avec les élus, d’y répondre favorablement.
 
La désinfection de l’espace public, un sujet d’actualité
 
Si certains territoires ont opté pour cette mesure dans la lutte contre le Covid-19, d’autres ne l’estiment pas ou peu efficace. France urbaine, par un courrier adressé au Premier ministre le 30 mars, a demandé « la clarification de la pensée scientifique sur le bien-fondé et les conséquences de la désinfection de l’espace public ». Alors que des interrogations s’élèvent sur la pertinence et l’efficacité d’une désinfection de l’espace public, France urbaine souhaite qu’une position nationale puisse être établie sur ces pratiques.
 
Si le domaine de l’eau et de l’assainissement est peu impacté par la crise de Covid-19 à l’heure actuelle, les professionnels du secteur restent cependant particulièrement vigilants sur la possibilité de maintenir inchangée la qualité de service sur une période qui pourrait durer encore plusieurs semaines. La protection des agents sur le terrain, qui sont en première ligne face au virus, constitue un point d’attention face à des stocks insuffisants d’équipements de protection, de même que la question du bon approvisionnement en produits de traitement.