Share
Sport
Post-Covid-19

Déconfinement : quelle place pour l’activité physique et sportive en ville ?

07/05/2020

La réouverture des établissements scolaires et plus particulièrement des écoles élémentaires à partir du  11 mai constitue l’un des principaux axes de la stratégie de déconfinement.

Si la reprise de l’activité physique et sportive à destination des scolaires, matérialisée par le dispositif dit SSCC (santé, sport, culture et citoyenneté), doit encore être précisée et dépend de nombreux facteurs (conditions sanitaires, équipements, personnels, etc.), les grandes villes se mobilisent pour que le sport puisse reprendre ses droits.
 
Sport et déconfinement : un alliage délicat
 
La différenciation des conditions de déconfinement dans les territoires concorde avec celle de la réouverture des équipements sportifs, dont un certain nombre, concentré à l’échelle des grandes villes et grandes intercommunalités, rouvrira partiellement et progressivement : une vigilance apportée afin de sécuriser les usagers. Au sein de la commission Sport de France urbaine, qui se réunit chaque semaine, la période estivale constitue l’une des principales préoccupations, emportant les conditions d’ouverture des centres aquatiques en prévision de vagues caniculaires, les dispositifs sportifs et culturels à destination des enfants, notamment pour les publics des quartiers prioritaires de la politique de la ville, etc.
 
Dans la perspective du déconfinement, France urbaine a publié une contribution dédiée au sport, rappelant le rôle essentiel qui est le sien en matière de vivre-ensemble et de sociabilisation. Les espaces de citoyenneté et d’épanouissement personnel seront primordiaux ces prochaines semaines : l’activité physique et sportive peut y apporter une part essentielle, toujours sous réserve de conditions sanitaires prédéfinies et adaptées.
 
Priorité aux mobilités douces
 
En lien avec les reprises partielles de l’enseignement, du travail et d’une augmentation des déplacements, les règles de distanciation physique impliquent pour les territoires urbains des ajustements de voirie. A l’image de Lille, Rouen, Lyon ou encore Paris, plusieurs grandes villes ont aménagé des voies cyclables supplémentaires pour encourager le recours aux mobilités douces. Certains axes seront piétonnisés et les trottoirs élargis à proximité des écoles et des commerces. Cet « urbanisme tactique » en temps de crise sera riche d’enseignements quant à la pratique de l’activité physique et sportive en zone urbaine.
 
Le développement d’une pratique sportive individuelle en ville qui s’exprime hors du circuit des clubs suscite de plus en plus de réflexions en matière d’urbanisme. Une égalité d’accès aux équipements sportifs de proximité doit prévaloir, par la densification d’équipements dans des zones carencées ou encore par le recours facilité aux transports. Ces axes de réflexion et de travaux seront ceux de France urbaine ces prochaines semaines, dans une démarche plus globale qui insistera fortement sur la place du sport dans notre société.