Share
Sport
Education et petite enfance
Covid-19

Déconfinement : la réouverture des équipements sportifs dans le cadre scolaire au cœur des préoccupations

30/04/2020

La commission « Sport » de France urbaine a reçu le 23 avril 2020 Karim Herida, directeur de cabinet de la ministre des Sports, et Frédéric Sanaur, directeur de l’Agence nationale du sport.

La commission « Sport » de France urbaine, qui se tient désormais de manière hebdomadaire le jeudi après-midi sous forme de visioconférence, a reçu, le 23 avril dernier, le directeur de cabinet de la ministre des Sports, Karim Herida et le directeur de l’Agence nationale du sport (ANS), Frédéric Sanaur.

A quelques jours des annonces du Premier ministre sur la stratégie de déconfinement, il s’agissait d’échanger sur les enjeux qui se profilent en matière de sport pour les semaines à venir, dans la perspective de la reprise physique et sportive et de la place qu’elle prendra, lors de la réouverture des établissements scolaires. Karim Herida a précisé que la distanciation physique sera un paramètre important dans l’adaptation des conditions sportives, étant entendu qu’une différenciation s’opèrera selon les différentes disciplines. Un guide devrait être prochainement adressé aux acteurs du sport, référençant par activités la manière de bien organiser et gérer la distanciation. Une première indication a d’ores et déjà été avancée en matière de précaution sanitaire : chaque sportif dans la pratique devra respecter une distanciation physique de 4 mètres carrés.
 
La réouverture des équipements sportifs dans le cadre scolaire au cœur des préoccupations

Si l’allocution à l’Assemblée nationale du Premier ministre, Edouard Philippe, a permis, depuis cette réunion, d’apporter quelques précisions, les réflexions exprimées le 23 avril par les participants, élus et techniciens, sont plus que jamais d’actualité. La problématique se pose d’une manière aigüe concernant la réouverture des équipements sportifs à l’usage des scolaires : il existe, sur ce point, une attente d’une doctrine sanitaire détaillée quant au niveau de responsabilité qu’emportent avec elles l’activité physique et sportive et la mise à disposition d’équipements en temps scolaire et périscolaire.
En matière de logique sanitaire, de gestes barrières et de recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) et des instances agréées, la communication et le relais auprès des collectivités locales doivent désormais se faire dans les délais les plus brefs. La date du 11 mai paraît, pour un nombre important d’entre elles, incompatible avec la réouverture des équipements sportifs, qui plus est des piscines, dont la remise en route et la mobilisation des personnels nécessitent un délai de 2 à 3 semaines. Les élus et directeurs des sports ont, par ailleurs, rappelé la concertation qui devait prévaloir, dans le souci de l’intelligence collective, entre les collectivités, les fédérations et les ligues.
 
Une contribution « Sport » remise à « Monsieur Déconfinement » Jean Castex
 
L’ensemble des observations, interrogations et demandes a été rassemblé dans une contribution ad hoc, afin de nourrir la réflexion des pouvoirs publics, pour la préparation du déconfinement. Cette contribution a été transmise à Jean Castex, en charge de la stratégie de déconfinement et constitue une première brique de propositions opérationnelles.
 
L’Agence nationale du sport poursuit son action malgré la crise sanitaire
 
Dans une seconde partie, Frédéric Sanaur, directeur général de l’ANS a dressé un panorama des actions de l’Agence et du maintien des programmes malgré la crise sanitaire, à savoir l’enveloppe annuelle de 50 millions d’euros maintenue pour les 5.300 emplois sportifs (clubs, comités, ligues), l’enveloppe financière dédiée aux équipements sportifs également maintenue, avec un retour des dossiers prorogé jusqu’au 3 juillet.
 
Enfin, dans le cadre des projets sportifs fédéraux (PSF), le soutien aux clubs se traduit par une enveloppe de 63 millions d’euros (pour 16 000 clubs). Cette enveloppe correspond à l’ancienne part territoriale du Centre national pour le développement du sport (CNDS), avec une nouvelle logique qui place les PSF comme accompagnateurs des clubs, comités et ligues. Les clubs saisissent en ligne leur projet, instruit par la fédération de tutelle, selon des critères expressément définis, dont une dimension solidaire. En la matière, le calendrier est là aussi adaptable, avec la volonté d’engager un maximum de versements d’ici juillet et août.