Share
Education, jeunesse et petite enfance

Dans les grandes villes, accueillir les enfants dans les écoles est une priorité

05/11/2020

Comme au mois de mars, la commission « Education, petite-enfance et jeunesse » s’est réunie en urgence dès l’annonce du reconfinement.

Désormais co-présidée par Pierre Huguet, adjoint à la Maire de Marseille, Amandine François-Goguillon, adjointe au Maire de Caen, Claire Chagnaud-Forain, adjointe au Maire de Versailles et Samy Kéfi-Jérôme, adjoint au Maire de Saint-Etienne, les élus de tous les territoires se sont félicités du maintien de l’accueil des élèves et des enfants en crèche, tout en étant exigeants pour leur santé ainsi que les conditions de travail des agents territoriaux.
 
La commission est inquiète de l’absentéisme important, constaté depuis le mois de septembre, parmi les enseignants ou les personnels. La maladie, les autorisations spéciales d’absence obligent les collectivités locales à chercher en permanence des solutions pour maintenir le service public. Aussi, la question de la sécurité des locaux a autant d’importance que les enjeux sanitaires. Il s’agit de gérer conjointement le plan Vigipirate Alerte Attentats et le nouveau protocole renforcé.
 
Permettre aux familles de disposer de masques adaptés pour leurs enfants jeunes, gérer la distanciation pendant les récréations ou le temps du repas, accueillir dans les crèches en groupes limités, connaître et mettre en œuvre les consignes pour les activités périscolaires, rassurer les familles …  Comme à l’habitude, les élus et leurs services assument pleinement leur mission, en responsabilité.
 
Cela conduit les élus à souhaiter travailler dès à présent à anticiper la fin du confinement afin qu’il se déroule dans de meilleures conditions qu’au mois de mai, à prévoir des vacances pour les enfants, à être solidaires des équipes éducatives mais également à ne pas omettre les impacts sociaux pour les familles et les jeunes.
 
Une fois encore, France urbaine aurait souhaité que le travail avec le ministère de l’Education nationale s’effectue en amont, alors que l’association demande un partenariat qui s’impose plus que jamais en période de crise. Les élus de France urbaine attendent que ce nécessaire travail en commun entre collectivités et Etat devienne enfin une réalité locale et nationale.