Share
Education et petite enfance

Covid-19 : un groupe de travail "éducation petite-enfance" pour faire face aux premières interrogations

26/03/2020

Depuis le début de la crise et notamment l’annonce de la fermeture des écoles et des crèches, France urbaine réunit trois fois par semaine son groupe de travail « éducation petite-enfance ».

Au delà du sujet majeur de l’accueil des enfants prioritaires, cette fréquence de réunions permet de traiter de nombreuses autres questions, telle que la prise en charge par la CNAF du financement des accueils en petite-enfance.

Elargissement de la notion d’accueil des enfants « prioritaires »

Cette notion « d’enfants prioritaires » est évoquée systématiquement durant les réunions d’élus et de directeurs de l’éducation. En effet, si les enfants des soignants sont évidemment accueillis, l’action d’autres personnels est indispensable en cette période, qu’il s’agisse de ceux assurant la sécurité (police nationale et municipale) le secours à la personne (pompiers), l’aide sociale à l’enfance, de l'eau et l'assainissement ou ceux de l'alimentation. A ce titre, si un certain nombre de maires ont pris l’initiative d’un élargissement des publics à accueillir, France urbaine a sollicité l’Etat afin que la liste des enfants « prioritaires » soit stabilisée au plan national et prenne en compte la réalité des territoires.

Le sujet du masque fait également partie des préoccupations évoquées lors des réunions. La commission réclame une position claire. Si certaines collectivités disposent de masques et peuvent en remettre à leurs agents, d’autres telles Strasbourg ou Besançon n’en disposent pas, alors même que leurs agents sont plus exposés et pour certains déjà malades.

A quelques jours du début des vacances scolaires de printemps, France urbaine a également sollicité l’Education nationale, au niveau local et national, afin de savoir si des enseignants, volontaires ou « réquisitionnés », seraient présents aux côtés des agents dans les écoles maintenues ouvertes.

Le problème de la continuité éducative

Une autre préoccupation majeure est celle de la continuité éducative ou pédagogique. En effet, les membres de la commission "Education" s’inquiètent de l’aggravation des inégalités liées à cette notion, au flou existant en la matière ou à la différence d’interprétation selon les académies, qui mènerait à des inégalités entre enfants qui ne peuvent pas être soutenus par leurs parents, ceux qui vivent en foyer, d’autres dont les parents sont malades ou au service des autres et qui subiraient une discrimination supplémentaire et un stress évitable en cette période.

France urbaine, par la voix de son conseil d’administration réuni le 21 mars, a ainsi demandé à ce que la priorité soit donnée à la gestion de la crise sanitaire, aux personnes malades et aux soignants plus qu’au maintien d’un programme scolaire ou d’examens mal préparés pour de nombreux élèves.