Share
Sport

Coronavirus, Conférences régionales du sport, sport éco-responsable… Les élus « Sport » de France urbaine se mobilisent

12/03/2020

L’actualité a forcément plané sur le Conseil d’administration de l’Agence nationale du sport mais également sur la commission "Sport" de France urbaine.

Les mesures prises en matière d’événements sportifs pour limiter la propagation du Covid-19 entraînent le confinement de matchs joués à huis clos voire leur annulation. Une actualité qui a forcément plané sur le Conseil d’administration de l’Agence nationale du sport, mais également sur la commission Sport de France urbaine. Les acteurs du sport continuent de se réunir pour convenir d’une version définitive du projet de loi Sport & Société, qui sera débattu au Parlement courant 2020.
 
Présidée par Roselyne Bienvenu, adjointe au maire d’Angers en charge des sports, première vice-présidente d’Angers Loire Métropole, la commission « Sport » de France urbaine organisée le 4 mars 2020 a permis de revenir sur l’actualité qui a marqué les politiques publiques sportives du mandat communal et intercommunal, nouvelle gouvernance du sport en premier lieu.
 
Conférences régionales du sport : la phase opérationnelle vivement attendue par les acteurs locaux
 
Le projet de décret portant sur les Conférences régionales du sport a été de nouveau soumis pour observations auprès des participants de la commission. Si ces instances territorialisées du sport tardent à entrer dans une phase opérationnelle vivement attendue, les acteurs locaux souhaitent optimiser en leur sein la convergence des orientations en matière de développement du sport au quotidien et de haute performance, ce qui induit entre autre : un financement conséquent et continu des acteurs locaux du sport – acteurs économiques inclus –, des discussions approfondies et rapprochées entre collectivités et fédérations afin que le projet sportif fédéral soit en adéquation avec le projet sportif territorial, une réelle autonomie des Conférences régionales du sport et une émancipation attendue de l’Agence nationale du sport (ANS).
 
Des précisions attendues sur le projet de loi « Sport & Société »
 
Le projet de loi « Sport & Société », dont le calendrier reste indécis, a également été au cœur des échanges. Les membres de la commission « Sport » de France urbaine ont salué la démarche tout en attendant des précisions relatives à certaines dispositions, notamment en matière de sport sur ordonnance, ou encore d’occupation des équipements sportifs – sujet posant la question de la responsabilité juridique des maires. France urbaine a participé le lendemain à une réunion technique portant sur le suivi des différentes dispositions structurant le projet de loi.
 
Evénements sportifs éco-responsables : France urbaine s’engage
 
Enfin, France urbaine souhaite apporter ces prochains mois des propositions en matière d’organisation d’événements sportifs éco-responsables, portant notamment sur les déchets, la mobilité, les circuits-courts et plus largement l’économie sociale et solidaire (ESS).
 
Un événement dédié à cet enjeu avait été organisé plus tôt au Comité national olympique et sportif français (CNOSF), présentant les initiatives de certains clubs, et valorisant plus largement le référentiel lancé à destination des clubs et fédérations, intégrant boite à outils et autodiagnostic des démarches de Responsabilité Sociétale des Organisations (RSO). Ces aspects liés plus largement à la transition énergétique sont largement investis par les territoires urbains, axe structurant du label « Terre de Jeux », d’ores et déjà décerné à bon nombre de grandes villes et grandes intercommunalités, elles qui souhaitent également devenir « Centre de préparation aux Jeux » (CPJ) et accueillir dans le cadre des Jeux olympiques et paralympiques 2024 des délégations étrangères.
 
Coronavirus, violences sexuelles dans le sport, pratique du sport pour tous… Un ordre du jour taille XXL pour le Conseil d’administration de l’Agence nationale du sport
 
L’Agence nationale du sport (ANS) a tenu son Conseil d’administration le 4 mars 2020. Le président de l’ANS, Jean Castex, le directeur général, Frédéric Sanaur ainsi que la ministre des Sports, Roxana Maracineanu ont abordé l’actualité liée au coronavirus, avec, à cette date, la possibilité de report et de tenue à huis clos d’événements sportifs à venir.
 
Le sujet des violences sexuelles dans le sport a également été posé sur la table, avec la perspective de mise en œuvre d’un plan de lutte global, auquel France urbaine contribuera. Rappelons également que le projet de loi « Sport & Société » contient notamment une disposition liée à l’honorabilité des présidents de fédérations et clubs, et plus largement des bénévoles.

Enfin, le Conseil d’administration a permis de recenser les différents crédits mobilisés, notamment auprès des fédérations : 38 fédérations olympiques et paralympiques et les fédérations de haut-niveau disposent de 60 millions d’euros pour 2020. Le développement des pratiques sportives a également été abordé, avec un crédit supplémentaire de 10 millions d’euros annoncé, soutenant les démarches de prévention et de lutte contre les violences dans le sport, tandis qu’un appel à projet a été relancé en matière de « sport et performance sociale » : insertion, ESS, etc.