Share
Numérique et innovation
Post-Covid-19

Application StopCovid : la commission « Numérique » va proposer une contribution

30/04/2020

L’application StopCovid a été au cœur des échanges lors de la dernière commission « Numérique », en présence du secrétaire d’Etat au numérique Cédric O.

En plein débat sur l’application Stop-Covid et plus largement sur les perspectives du déconfinement, la commission « Numérique » commune à France urbaine, à l’AdCF et aux Interconnectés s’est tenue le 24 avril dernier, en présence de Cédric O, secrétaire d’Etat au numérique. Présidée par Karine Dognin-Sauze, Franckie Trichet et Bertrand Serp, respectivement vice-présidents au numérique de la Métropole de Lyon, de Nantes Métropole et de Toulouse Métropole, la commission « Numérique » a permis au secrétaire d’Etat au numérique, de restituer les grandes lignes de l’application Stop-Covid.
 
Afin de lutter contre la diffusion de l’épidémie de Covid-19, le gouvernement a proposé d’avoir recours au contact tracing. Par un signal d’alerte, l’application préviendra l’utilisateur qu’il a été potentiellement en contact ces derniers jours avec un individu porteur du Covid-19, sans connaître l’identité de cette personne ni le(s) lieu(x) potentiel(s) de contamination.
 
Intégrée à l’éventail des moyens dédiés pour endiguer la crise sanitaire, l’application StopCovid suscite plusieurs interrogations. Qu’il s’agisse des enjeux liés aux usages, à la transparence du circuit des données ou encore au respect du droit à la vie privée, elle doit nécessairement être précédée d’un travail de clarification et de concertation et multiplier les avis de différentes instances associatives et représentatives, à l’instar des derniers avis rendus par le Conseil national du numérique et la CNIL.
 
Partant, la commission « Numérique » propose de pouvoir recenser les expressions des élus locaux, présidents d’intercommunalités, de la communauté de communes à la métropole, et maires de grandes villes, dans la perspective d’un recours à l’application StopCovid. Cette contribution de France urbaine paraît en outre nécessaire au regard de la place singulière dont disposeront les territoires urbains dans l’utilisation et le déploiement de l’application, en tant qu’espaces caractéristiques d’une forte densité démographique et d’un usage massif des smartphones. Elle permettra notamment de jauger la place et le rôle dont pourraient disposer les élus locaux dans le déploiement de l’usage de l’application.
 
Il a par ailleurs été acté la mise en place d'un groupe de travail dédié au déconfinement et à « l’après » (télétravail, innovation, inclusion numérique, cybersécurité, etc.), en supplément de ceux animés par les Interconnectés.